:: Accueil du site > [ X-Files ] > [ H.A.A.R.P ] ... Usurpation - Secret - Arnaque

- Guerre des étoiles - épisode 1

[ H.A.A.R.P ] ... Usurpation - Secret - Arnaque

(*Dossier en cours*) Update Doc VIdéo

Publié le 20 février 2007 - Modifié le dimanche 16 mars 2008 :: 11719 visites robots/humains. ( Popularité: 67)

ScientoX

fontsizeup fontsizedown {id_article} impression syndiquer le forum 0 réaction

Le système H.A.A.R.P. (Highfrequency Active Auroral Research Project), recherches dans le domaine des hautes fréquences appliquées aux aurores boréales, est à première vue un projet de recherche tout à fait inoffensif...

- Le projet " H.A.A.R.P. ? "
- Historique des catastrophes...
- HAARP dans l’espace ?

** Dossier en 3 épisodes a suivre le lien vers page II & III en bas de chaque pages **

Quand le problème "de nouvelles armes" a fait surface il nous a semble qu’il fallait "tout envisager" et qu’en fait énormément de choses existaient depuis des ... décennies, qu’on cachait soigneusement aux gens.

Nous avons découvert avec stupeur que les fameux "crop circles" pourraient correspondre à des essais d’armes (capables de griller au sol des hérissons, des lapins et des oiseaux), tout cela étant opérationnel depuis... 1981. Essais camouflés en créant des formes géométriques complexes, destinées à "faire porter le chapeau à E.T.", éventuellement. Cela signifierait qu’on nous ment depuis des décennies sur énormément de choses ?

Depuis quelques mois beaucoup de choses ont fait surface. Elles n’étaient pas vraiment nouvelles, mais maintenant, on en parle. Armes à micro-ondes, armes non-léthales, action sur l’ionosphère avec des micro-ondes (projet HAARP) et même... armes sismiques !

Nikola Tesla, un génial inventeur..._

Avant d’entrer d’avantage dans le vif du sujet, une référence doit être faite à son propos ...

Ce savant aussi génial que méconnu du grand public, contemporain de T. Edison, avait déjà inventé en 1891 un système de bobine capable de générer plusieurs millions de volts à haute fréquence à partir d’une simple prise électrique murale. Ses travaux concernaient déjà les communications globales, le transport d’énergie électrique sans fil, un système d’éclairage hautes fréquences, une bobine d’amplification électrique, ... On lui doit le système de courant alternatif actuel. Il est à l’origine de 30 brevets sur la seule période s’étendant entre 1890 et 1921.
A l’âge de 12 ans il était capable de réciter par cœur les tables logarithmiques. Il avait des visions et des flashes de lumière qui l’affectaient et pour s’en dissocier, il concevait des mondes imaginaires.
Il conçut à l’âge de 17 ans, en esprit, une turbine capable de transformer l’énergie délivrée par les chutes du Niagara. Il pensait à la vitesse de l’éclair.

Avant de manger, il avait l’habitude de calculer les volumes de nourriture et ceux des ustensiles utilisés pour les contenir. Sa sensibilité était telle qu’il lui fallait isoler son lit sur des coussinets de caoutchouc pour ne plus ressentir les tremblements terrestres ou ce qui pouvait s’en rapprocher. Par un principe de télé force, il prétendit qu’il pouvait faire fondre les moteurs d’un avion à une distance de 400 Km.

Il voulait faire de la planète un système unique, capable de réagir en n’importe quel point Logé dans un hôtel New Yorkais, Avant de mourir pauvre et ruiné à New York, écrasé par une voiture "un taxi" en pleine ville ...(assassinat. ?) ... il déclara être en contact radio avec des extra terrestres.

“Bon c’est très intéressant tout çà, vous trouverez un dossier plus complet entièrement dédié à la vie de Mr TESLA ici l’article pour plus tard ... :) mais revenons à notre sujet” ...

Le projet " H.A.A.R.P. ? "

...et ce qu’il cache ?...Que faire quand on a la possibilité technique et scientifique de prendre en avance considérable sur le reste du monde en violant au passage de nombreux traités internationaux (mentionnés dans l’étude de "Mampaey", et concernant le respect de l’environnement, sous toutes ses formes).
Avant tout, le cacher. !
Cela fait très mauvais effet de passer pour l’impérialiste de service, de montrer qu’on serait capable d’écraser n’importe quel autre pays, n’importe où, n’importe quand.

Le système H.A.A.R.P. (Highfrequency Active Auroral Research Project)

Les archives oubliées HAARP
Durée : 44:28 | documentaire

[*Update 10 Avril,2006 : *]

- Photos google maps Tiens c’est censuré !!!!!

- 7 Fevrier, 2005 - HAARP, Installation de 516 Antennes en plus !

Note - Cela en plus des 132 qu’étaient installé l’année dernière.( Et cela est en plus de l’original prevu à 48 antennes, se qui étaient parfaitement suffisant pour frire la terre deja et beaucoup plus).

JPEG - 49.7 ko
HAARP
vue du site

"Vague" définition du système du projet HAARP :
est à première vue un projet de recherche tout à fait inoffensif., composé de 36 antennes érigé en Alaska centrale, à 300 km à l’Est d’Anchorage (62 deg 23.5’N, 145 deg 8.8’W).
on pourrait associer l’image d’un four à micro ondes et celle des aurores boréales visibles dans cette partie du globe. L’une des applications serait d’utiliser ces " Lumières du Nord " et d’en faire un transmetteur gigantesque, un miroir résonnant capable de renvoyer des signaux en direction de points terrestres spécifiques comme par exemple les sous marins nucléaires. Une interaction des vents solaires et des champs magnétiques terrestres est utilisée pour constituer des antennes virtuelles pouvant atteindre plusieurs milliers de kilomètres d’envergure.

Le choix de ce site obéit à plusieurs critères :
- Surface d’implantation disponible non restreinte.
- Espace éloigné des zones habitées à forte densité.
- Zone d’implantation relativement plane.
- Impact environnemental minime.
- Coûts de construction et de maintenance diminués.

Et surtout, le principal atout était d’avoir peu d’individus résidant sur les alentours qui, dans le cas d’expériences désastreuses, seraient isolés et dans l’impossibilité de se révolter. L’erreur fût de croire qu’ils demeureraient passifs et peu curieux. Mais dans ces contrées hostiles, les citoyens débordent d’activités sur le plan intellectuel pendant la nuit polaire. Les paraboles alliées à Internet en ont fait des citoyens surinformés, déjà vigilants de nature, prêts à s’investir et à donner l’alerte..ce qu’ils firent avec succès.

L’un des buts serait de constituer une sorte " d’arc antenne " électrique permettant de provoquer une pluie de radiation électromagnétique sur une zone prédéterminée.

Au début des années 80, le principe mis en place était axé sur la recherche optimisée de réservoirs de gaz naturel dont le sous sol est abondamment pourvu, pour les besoins énormes locaux dans un environnement difficile pour l’homme.

L’un des premiers brevets concernant des systèmes de type radio émetteurs du projet HAARP avait pour projet un site de plus de 70 Km de diamètre utilisant de grandes quantités d’énergie électrique fournies par les turbines de centrales fonctionnant au gaz naturel. Le système, tout en rendant obsolète le système de laser destructif à rayons X cher au président Reagan dans le cadre du programme anti-missile de la " guerre des étoiles ", du temps de la présidence de Ronald Reagan et abandonné depuis, permettrait de concevoir un bouclier de protection globale rendant inopérant tout système de navigation et de guidage de n’importe quel missile en vol et ce, sur n’importe quel point du globe.

Sur un site du département américain de la défense (DoD) à Gakona, en Alaska, l’U.S. Air Force et U.S. Navy ont entrepris, en 1993, de faire construire une station de recherche sur les propriétés de l’ionosphère d’une puissance jusqu’ici inégalée

Successeur terrestre du projet Star Wars (Guerre des étoiles). A première lecture, rien ne distingue pourtant HAARP des installations de recherches ionosphériques déjà en fonctionnement. Sauf le gigantisme des puissances évoquées, et le contrôle exclusivement militaire du projet

Les Américains sont-ils en train de mettre au point un vaste système d’armement capable de scanner les entrailles de la terre à la recherche de bases secrètes, d’interrompre toute forme de communication hertzienne, d’influencer les comportements humains, de modifier la météorologie, de griller les avions dans le ciel, de provoquer des tremblements de terre ou des explosions aussi puissantes qu’une bombe atomique. Avec le "Haarp", l’armée américaine serait en train de rééditer, sous une forme plus économique et plus dangereuse encore, son projet "Star Wars" ou Guerre des étoiles.

A une différence près : il s’agit cette fois d’une installation terrestre.

Derrière ces initiales se cachent un projet de 30 millions de dollars de coût annuel que l’armée américaine présente comme d’innocente recherches sur l’ionosphère. Les promoteurs du projet n’épargnent ni leur énergie, ni leurs dollars en campagnes de relations publiques et en publicité pour rassurer l’opinion américaine.

Le plus intéressant est la zone géographique ou il se situe, en effet le coin n’est pas si perdu que cela puisque l’installation jouxte les immenses réserves gazières et pétrolières appartenant à la société Arco, par ailleurs propriétaire des brevets technologiques composant Haarp et "financier-écran" de ces équipements.

En outre, Haarp est relié à l’un des ordinateurs les plus puissants de la planète à l’université d’Alaska(à se demander son utilité) dans le Butrovich building. Quant à son aspect physique, il s’agit somme toute d’un vaste périmètre plat et déboisé, planté de 48 antennes de 20 mètres de haut, reliées chacune à un émetteur d’un peu moins de 1 million de watts de puissance. A terme, le nombre d’antennes et la puissance des émetteurs sont appelés à se multiplier pour atteindre la puissance phénoménale de 1 milliard de watts émis par un réseau de 360 antennes. Les émetteurs sont alimentés en énergie par 6 turbines de 3.600 CV brûlant quelque 95 tonnes de diesel par jour. On notera ici que l’ensemble de l’installation est assez nocive pour l’environnement proche puisqu’elle émet plus de 7 tonnes de matières polluantes par jour.

Son fonctionnement

Toute la technologie contenue dans le projet "Haarp" revient, à pointer vers l’ionosphère un faisceau d’ondes (comme le ferait un émetteur radio) à hautes fréquences (HF) afin de voir ce qui s’y passe. Le bombardement d’une zone donnée de l’ionosphère avec ces HF a pour effet de créer un énorme miroir virtuel qui agit comme une antenne.

Cette "antenne" virtuelle réémettra des fréquences extrêmement basses (ELF : extremely low frequency) vers la terre. pour employer une image, outre l’effet d’antenne virtuelle ainsi déployée dans le ciel, on crée une sorte de four micro-ondes géant dans un territoire donné de l’ionosphère. Malheur aux avions et aux missiles qui passeraient dans le ciel à ce moment-là(le fameux rayon de la mort de Tesla). selon la puissance des émetteurs, on pourrait tout aussi bien affoler les systèmes de guidages électroniques, radars et autres appareils radio de ces missiles et aéronefs que de les griller.

Par ailleurs, grâce à l’antenne virtuelle constituée d’ondes ELF, on peut véritablement scanner la croûte terrestre à des profondeurs extrêmes pour en faire une sorte de radiographie. De la sorte, les militaires américains sont fiers d’affirmer que grâce à "Haarp", plus aucun pays ne pourra leur cacher l’implantation de bases secrètes souterraines abritant des armes nucléaires...

Selon des études de spécialistes américains en armement, on pourra également communiquer avec les sous-marins en plongée profonde situés dans des coins reculés des océans, détecter puis détruire tout missile ou avion, même furtif, s’engageant dans l’espace aérien américain. Le but ultime étant de générer un bouclier protecteur global capable de faire le tri entre les cibles ennemies, nucléaires ou conventionnelles, et de les "traiter" de la façon adéquate. Enfin "Haarp" a surtout pour but d’empêcher toutes les communications radio et satellites ennemies dans une zone précise. En plus, avec l’aboutissement de ce projet, les Américains pourront rendre leur propre système de communication quasiment inviolable. Voilà pour la version officielle.

Le Pentagone est le principal pourvoyeur de fonds. Le Département de la défense, de l’Air Force et de la Marine sont tout aussi naturellement concernés.
Les ondes générées par les systèmes de transmission radio à hautes fréquences classiques sont pour la plupart absorbées par les couches de la basse atmosphère et se désintègrent.
La basse atmosphère terrestre est principalement composée de gaz constitués de molécules et d’atomes neutres. L’ionisation concerne la haute atmosphère, l’ionosphère donc, où les rayons ultraviolets et les rayons X transforment ces particules en électrons libres et en ions.
La notion de température est plutôt fonction de l’état " d’excitation " des électrons. Suivant les fréquences et les conditions atmosphériques, l’ionosphère réfléchit, absorbe ou altère les signaux radio. Les ondes radio de Moyenne Amplitude (AM) " passent " mieux de nuit lorsque la réflectivité de l’ionosphère est accrue, alors que leur portée est nettement diminuée de jour. Les champs magnétiques terrestres perturbent d’autre part notablement la nature de l’ionosphère.
Le potentiel disponible engendré par le système du projet HAARP est absolument fantastique et peu de citoyens du monde ont conscience de la révolution profonde qui va s’appliquer aux moyens de servitude dont va pouvoir disposer un jour ou l’autre une élite qui rêve d’un contrôle total de l’humanité.

Afin par exemple d’ausculter la surface terrestre, des antennes virtuelles générant des trains d’ondes gigantesques à fréquences extrêmement basses (Extremely Low Frequency ELF)), enregistrent leurs réflexions pour les renvoyer à des laboratoires où des calculateurs les analysent. L’imagerie ainsi constituée est le reflet des ruptures d’homogénéité du sous sol terrestre ou des profondeurs marines.
Des micro ondes à pulsion rapide excitent les composants électroniques et provoquent leur destruction finale par fusion, tout ceci s’accomplissant à la vitesse de la lumière...

Cette technologie, à caractère environnemental, permet dans le cadre d’applications purement militaires de :
- perturber sérieusement les systèmes de communications des satellites au point par exemple de plonger dans le silence une partie de la planète...
- de modifier, intercepter et contrôler la trajectoire de missiles ennemis bien avant qu’ils se profilent à l’horizon...
- de modifier la météorologie au dessus de zones prédéfinies en localisation et en étendue... inondations et sécheresses seraient ainsi donc programmables
- de modifier les fréquences de l’air,
- d’affecter par radiation électromagnétique pulsée les fonctions cérébrales propres au processus de la pensée humaine,
- d’augmenter la température interne du corps pouvant ainsi provoquer des conflits psychologiques ; des problèmes de santé,
- de provoquer par échauffement local, l’explosion de réservoirs ’automobiles...
- de mettre à feu des munitions transportées par air par fusion des fusibles de protection des systèmes électroniques embarqués,
- de brouiller les systèmes de communication/navigation utilisés par les compagnies aériennes civiles ou militaires.
- de modifier les chemins de migration de la faune sauvage. Les suicides de masse des baleines, cachalots et autres dauphins devraient nous faire réfléchir car ces phénomènes étaient inexistants par le passé ; les tortues de mer qui meurent faute de pouvoir gagner une plage, des poissons tropicaux que l’on trouve dans les eaux froides du cercle arctique sont autant d’exemples alarmants.
- D’effectuer une exploration topographique, pour collecter des informations, ausculter et analyser le sous-sol afin de localiser des laboratoires et autres fabriques d’armes souterrains...

Précisions : En émettant à partir du sol des micro-ondes avec une puissance suffisante on peut ioniser l’air. On peut donc créer un bouclier constitué de gaz ionisé. Dans l’effet EMP la bombe H explose hors de l’atmosphère. Elle irradie alors les hautes couches atmosphériques un intense flux de rayons gamma. Ceux-ci provoquent un mouvement de "recul" dans la population d’électrons, appelé "effet Compton". Cet effet est beaucoup plus sensible sur les légers électrons que sur les ions. Apparaît dont un champ électrique, lié à ce phénomène de séparation des charges. Ce champ se fait sentir au niveau du sol. On parle de 500 volts par centimètres, de quoi griller n’importe quoi. Comment s’en protéger ? En entourant les installations électriques et électronique par une cage de Faraday. [1]

Une couche de gaz ionisé se comporte également comme un bon milieu absorbant vis-à-vis d’un champ électromagnétique (les ondes radar étant des ondes électromagnétiques, entourer une machine volante de plasma a pour effet de lui conférer une bonne furtivité). Si Haarp peut créer une couche fortement ionisée en altitude celle-ci pourra jouer un rôle de bouclier vis à vis de l’agression correspondant à l’impulsion électromagnétique liée à l’explosion d’une bombe atomique de forte puissance en altitude. Simple remarque qui me vient à l’instant à l’esprit.

Parmi d’autres fonctionnalités on peut citer celles qui permettent :
- de détecter des tremblements de terre ou de les provoquer... (le concept d’armes sismiques n’est pas totalement déraisonnable.)
- de faire fondre la/les calotte(s) polaire(s)
- de créer un bouclier thermique qui permettrait par exemple d’évaluer la composition des éléments constitutifs d’un missile balistique intercontinental,
- de provoquer une surtension électronique dans les systèmes embarqués de guidage d’un avion en vol d’intrusion en basse altitude. Un satellite espion ou " non référencé " pourrait être soumis au même régime.
- d’améliorer les moyens de commande, de contrôle et de communication militaires ;
- de zapper toute forme de communication radio sur une aire donnée tout en maintenant le fonctionnement du système de communication interne.
- de constituer un instrument de recherche pour les énergies fossiles
- de générer une imagerie tridimensionnelle... (Projet Blue beam)

Utilité et Intérêt

Officiellement, les scientifiques qui travaillent sur cet émetteur radio veulent étudier l’ionosphère. Officieusement, Haarp va tirer parti de l’ionosphère pour en faire une arme à énergie. L’ionosphère (reportez vous à notre recherche sur Tesla dans le dossier Physique, vous comprendrez un peu mieux notre méfiance) est cette couche située au-dessus de la stratosphère, constituée de particules ionisées hautement chargées en énergie et qui démarre à une altitude moyenne de 48 km pour se terminer à 600 km de notre surface terrestre. Cette couche à haute densité énergétique est vitale pour notre planète car elle joue un rôle fondamental de bouclier, au même titre que la couche d’ozone. Elle nous protège des dégagements nocifs du soleil. L’ionosphère "capture" entre autres choses les particules chargées électriquement et nées des "vents et tempêtes" solaires et galactiques. On sait par ailleurs que les recherches menées depuis un siècle par une série de scientifiques ont mis en évidence le fait que ce "manteau énergétique" protégeant la terre pouvait, avec une technologie appropriée, devenir une arme stratégique de toute première importance ou un réseau pouvant orienté de l’énergie et donc plus de besoin de fil électrique. Cette couche jouerai leur se rôle).
Haarp se fonde sur les recherches de Bernard Eastlund, qui s’est lui-même inspiré des travaux de Nikola Tesla, un scientifique croate, inventeur de génie du début du siècle, à qui l’on doit le courant alternatif (combattu par Edison favorable au courant continu) et le courant triphasé.... Ses travaux furent financés, canalisés, puis censurés pour des raisons financières par le banquier JP Morgan et la société Westinghouse.
Un peu moins d’un siècle plus tard, Bernard Eastlund n’a fait qu’adapter les premiers travaux de Tesla dans le domaine de l’énergie électromagnétique. Et c’est ainsi que ce chercheur déposa douze brevets, entre 1987 et 1994, qui constituent l’ossature du projet "Haarp" et de ses technologies dérivées en matière d’armements. Le vrai propriétaire et exploitant de ces brevets n’est plus Eastlund (qui a fini par être éjecté du projet pour des raisons obscures) mais bien la société Apti-Arco, un consortium pétrolier derrière lequel se profilent la Navy, l’Air Force et le Départment of Défense US.
Depuis le dépôt des brevets Eastlund, toute la recherche dans le domaine de l’énergie électromagnétique, par exemple à des fins médicales, est bloquée. C’est donc un vaste champ hautement prometteur de la science et de la médecine qui a été ainsi monopolisé par des intérêts liés à l’armée américaine.

Dangers immédiats :
- Humanité sous contrôle d’une élite possédant un savoir faire technologique qui dépasse notre imaginaire. Les politiques permettant cette prise de contrôle sont déjà mise en place et opérationnelles :

- Un nouveau système de toile géomagnétique permettrait donc de contrôler les deux hémisphères comme le ferait une araignée.
- Utilisation des médias pour en faire valoir le bien fondé.
- Confusion , perturbation, scènes de folie, tueries de masse à première vue " incompréhensibles " et inattendues, spontanément générées au sein de la société...
- La couche atmosphérique supérieure terrestre pourrait subir des dommages majeurs à long terme ou même irréversibles et ce sur une amplitude mondiale.
- Les systèmes générateurs d’ondes seraient susceptibles d’engendrer des erreurs de bits sur les ordinateurs qui ne sont pas blindés.

- D’autres suggèrent que ces maladies affectant le système d’orientation des cétacés, qui les fait s’échouer par troupeaux entiers sur les côtes pourrait être une conséquences de ces intéressantes expériences de physique. (a voir plus bas justement le problème des Cétacés !)

- Des mutations génétiques imprévues concernant éventuellement des virus ?. (Pas mal de gens croient que le rétrovirus du Sida aurait été créé lors d’une manipulation génétique fondée sur ce genre de technique.)

Très curieusement, des sommités du monde scientifique comme James "Van Hallen" découvreur de la ceinture de radiation qui entoure le globe justement baptisée "Van Hallen" considèrent que les risques sont minimes et insignifiants à l’échelle cosmique puisque le seul fait de brancher un poste radio modifie l’état de l’ionosphère.
Ces nouvelles armes à énergie dirigée, et ce sur de longues distances sans dissipation ou divergence, seraient donc indétectables par leurs victimes. Tout comme pour les retombées radioactives d’expérimentation nucléaire, les frontières et les drapeaux n’existent pas dans l’ionosphère.
L’arrogance des Etats-Unis d’autre part, en ce qui concerne ces recherches en vue de contrôler le monde et d’accélérer le processus de Globalisation mondiale est tout simplement stupéfiante.

Les Aurores boréales
De rares prises de vue, parfois uniques dans des ouvrages consacrés aux différents phénomènes célestes, ne donnent qu’un bref aperçu de la beauté toujours renouvelée de ces aurores boréales ou australes (propres quant à ces dernières à l’hémisphère Sud - ce qui est moins connu) alors qu’elles sont relativement courantes. Je laisse à l’internaute l’interprétation finale de cette remarque. Ces aurores boréales sont encore plus fantastiques dans le processus de leur apparition et de leurs transformations successives et la revue en accéléré sur une vidéo est inoubliable. Elles sont comme l’annonce céleste d’évènements cachés par un rideau dans l’attente d’une représentation finale. Il suffit donc d’attendre que les projections hologrammiques dans nos cieux deviennent une réalité " tangible ". Reste à connaître la nature et le thème de ces projections et surtout le contexte de l’expérience.

L’idée de base de ce nouveau concept d’arme est de générer un faisceau d’ondes radio d’une intensité énorme (1.7 Gigawatts - 2.8 à10 MHz) en direction de la haute atmosphère selon le mode opératoire inversé d’un radio télescope puisqu’il s’agit d’émission et non de réception, afin d’y provoquer l’ionisation de certaines particules neutres par l’échauffement des électrons à certaines altitudes. N. Tesla avait baptisé ces ondes " ondes stationnaires terrestres ". L’ionosphère serait alors utilisée comme des lentilles, un miroir ou un système d’antennes. L’ionosphère constitue un bouclier électrique contre le bombardement cosmique constant de particules à haute énergie et les piège pour les empêcher d’atteindre la surface de la planète.

La partie de l’ionosphère concernée se situe à une altitude comprise entre 60 et 900 kilomètres au-dessus de la surface terrestre.
Les recherches officiellement reconnues tendent à assurer l’amélioration des communications radio à longue portée, ou des moyens de transmission avec les sous-marins...

H.A.A.R.P utilisé pour communiquer avec des sous-marins
Haarp est présenté comme un émetteur d’une puissance relativement modeste, incapable par exemple d’ioniser l’air en haute altitude donc de rivaliser avec le Soleil, qui s’en charge (il s’agit d’une "photo-ionisation"). Les régions où Haarp chauffe le gaz d’électrons, qui constituent un plasma vont subir une altération macroscopique. Ces régions vont se dilater. En modulant cette injection de puissance HF (Haarp est conçu pour fonctionner selon des fréquences à allant de 2,5 à 7 MHZ) on va provoquer des fluctuations de grande ampleur dans l’ionosphère et la transformer en ... antenne pour longueurs d’ondes très importantes, donc fréquences très basses (de 40 hertz à un millième d’Hertz ! ). La portée d’une telle émission se chiffre d’emblée en milliers de kilomètres.

- Nota bene : des fréquences de l’ordre de 30 Hertz permettent à la fois la communication avec des sous-marins en plongée et la tomographie du sol terrestre. Voilà donc une première motivation pour impulser un projet comme Haarp, qui est de taille :
Communiquer avec les sous-marins en plongée et détecter les refuges souterrains de l’ennemi. C’est aussi la raison pour laquelle ce projet est implanté au fins fonds de l’Alaska et entièrement contrôlé par les militaires. Bien sûr, on présente cela comme un "projet essentiellement scientifique", une façon d’approfondir nos connaissances sur l’ionosphère, mais c’est une vaste foutaise. Il y a des décennies qu’on sait que l’ADN est 400 fois plus absorbant que l’eau pour de tels effecteurs. Ainsi les ondes utilisées pour communiquer si innocemment avec les sous-marins en plongée pourraient avoir un impact absolument imprévisible et incontrôlable sur tous les êtres vivants, qu’ils vivent dans la mer, en surface ou au dessus, ou... n’importe où.

Y a-t-il des traces visibles d’essais d’armes climatiques ?

Des images de ce type ont été saisies et ne sont explicables qu’en liaison avec les diagrammes d’enregistrement de fréquences ELF liées à l’activité du site H.A.A.R.P..
L’énorme potentiel assuré par les ordinateurs de type CRAY ou EMASS permet officiellement de contrôler et assurer la non prolifération de sites nucléaires à visée militaire. Contrairement à ce que l’on pense généralement, la conception et la constante amélioration de la puissance de ces super calculateurs n’est pas liée à la conquête spatiale, la recherche médicale ou scientifique mais à la NSA, l’agence de surveillance nationale américaine à ne pas confondre avec la NASA. De façon analogue les " entités alphabet " de type CIA, FBI, FEMA, DOD... sont tout autant impliquées dans la même logique de contrôle du citoyen et de l’information.

Dans la foulé nous avons envisagé la possibilité que des armes climatologiques puissent être non seulement à l’étude, mais expérimentées depuis ... longtemps ! On a essayé de cerner les principes de base de ces armes : changer localement la quantité d’énergie qui, expédiée par le Soleil, parvient à la surface du sol, soit en "ouvrant une fenêtre" dans l’ionosphère pour accroître l’insolation, soit en créant en altitude une couche réfléchissante, c’est à dire en créant en deux régions, éventuellement très distantes une masse d’air chaud et une masse d’air froid.

Y aurait-il des indices que des expérimentations d’armes climatologiques puissent être menées, qui puissent être décelées à partir de satellites ? Quels seraient les effets décelables ?

La surface terrestre possède un certain pouvoir réfléchissant, le coefficient en question s’appelant l’albédo. Un objet parfaitement réfléchissant a une albédo de 1 et un objet parfaitement absorbant une albédo de zéro. La neige fraîche a une albédo de 0,9. C’est pour cela qu’elle ne fond pas. Une surface calcinée a une albédo qui peut descendre à celle du charbon (0,05).

Albédo des différentes planètes :
- Mars : 0,54
- Terre : 0,39
- Vénus : 0,7
- Jupiter : 0,47
- Saturne : 0,45
- Mercure : 0,055

Si on agit sur celle-ci en la rendant plus "transparente", l’énergie lumineuse atteindra le sol terrestre où elle sera absorbée. Un observateur distant constaterait un assombrissement local de la surface de la Terre, inexplicable, non lié à l’apparition d’une formation nuageuse.
Des tels assombrissements ont-ils été déjà constatés ? A propos de telles questions il faut éviter de dire des bêtises.

- Le petit film , (un gif animé ,il faut laisser le temps charger les images) , montre un phénomène différent. On voit se former un nuage de très grandes dimensions, par rapport à l’échelle planétaire, au nord ouest de la Chine. L’assombrissement au sol devrait permettre à un météorologue d’évaluer son épaisseur.
On a l’impression que la nébulosité prend de l’altitude. (Les commentaires d’un météorologue averti seraient bienvenus).

Sous des formations nuageuses aussi importantes, avec un tel assombrissement sous la masse nuageuse des phénomènes naturels extrêmement violents peuvent survenir : tornades (sur les étendues continentales), trombes (au dessus des océans), que les Américains ne connaissent que trop bien. Il y a quelques années la plus puissante tornade observée faisait à sa base 1500 mètres de diamètre. Elle a engendré des vents de 450 Km/h, tué 45 personnes et provoqué deux milliards de dollars de dégâts. Une autre a endommagé 40.000 véhicules. Le pays qui saura crée des tornades artificielles disposera d’un potentiel destructeur comparable à celui des plus forts engins nucléaires... sans radioactivité.

L’animation est sujette à caution. Il est possible que cet effet ne soit simplement dû qu’à la rotation de la Terre.

- Le gif animé suivant, montre l’apparition de deux allées nuageuses longues de milliers de kilomètres , au dessus de l’Asie Centrale, qui semblent n’avoir rien de commun avec le système météo général de la région. Ces deux formations "apparaissent (en haut et à gauche de l’image, fugitivement, en traversant la Caspienne, bien visible "pour les plus myopes c’est entouré par le cercle rouge") comme un bug d’affichage Sat.". (Les commentaires d’un météorologue averti seraient les bienvenus la aussi).

Ce phénomène est-il "normal" ? On sait que l’atmosphère est composée de couches et que celles-ci peuvent offrir à un instant donné des faciès complètement différents (avec inversion des vents d’une couche à l’autre, par exemple). Comme indiqué sur le précédent gif animé se sont constituées (naturellement ou artificiellement, nous n’en savons rien) non une allée "chaude", mais deux (puisqu’il y a deux formations nuageuses rectilignes et parallèles). Si l’effet est assez puissant ces deux vents opposés pourraient assécher une pièce d’eau peu profonde. Comme les deux allées passent au dessus de la Caspienne les expériences avaient peut être été menées par des Juifs souhaitant essayer de retrouver comme "Yahwey" avait pu s’y prendre.
les "chemtrails" pourraient correspondre à un marquage de l’atmosphère pour pouvoir évaluer à partir de satellites l’efficacité de telles expérimentations ?.
Même si l’effet était limité on sait qu’il est possible de mesurer par satellite des variations de niveau de la mer de l’ordre du centimètre. De nouveaux miracles sont peut être à l’étude ?. Au passage, au rayon armes à micro-ondes on a vu qu’il était possible de parler à quelqu’un dans sa tête .

Note : La source de ces images n’est pas mentionnée, ni quel est le satellite qui les a enregistrées. C’est vraisemblablement un engin géostationnaire. Donc l’immobilité de l’image n’est qu’apparence puisque la caméra accompagne la Terre dans sa rotation. Compte tenu des heures affichées l’assombrissement pourrait ne correspondre qu’au crépuscule s’étendant sur les Etats-Unis. A l’appui de cette thèse l’affaiblissement de la couverture nuageuse dans la partie tropicale, qui serait liée à une baisse de l’ensoleillement.

Donc, Ne considérons pas ces document comme indices.


Historique des catastrophes...


Les Etats-Unis sont les premiers frappés contrairement à ce que l’on pourrait penser ; le but est de rendre la moitié des territoires inhabitables pour les hommes, de les obliger à fuir vers des zones plus "hospitalières" permettant ainsi à la nature sauvage de reprendre ses droits, selon Gaïa, la terre mère !

(Oui ! D’un autre coté, rendons à Gaïa la terre qu’on lui à volé...)
Les incendies gigantesques qui ont embrasé la Californie, le Montana, l’Oregon, le Colorado... ou en Europe sont encore dans nos mémoires. Un recensement des catastrophes et autres cataclysmes "naturels" qui ont frappé les Etats-Unis se suffit à lui-même :

1991
Août ; Ouragan BOB
Octobre ; Incendie dans l’Oakland

1992
Août ; Ouragan ANDREW sur la Floride et la Louisiane
Septembre ; ouragan INIKI sur les îles d’Hawaii.
Décembre ; Tempête à déplacement lent frappe les côtes Nord-est

1993
Mars ; La tempête du siècle frappe tout le littoral Est avec des ouragans, de la neige lourde et du blizzard.
Eté ; Vagues de chaleur et sécheresse extrême entraînant des pertes en agriculture.
Automne ; feux de forêt sur la Californie du sud avec temps sec et vents violents.

1994
Février ; tempête de glace sur le Sud-est
Juillet ; tempête tropicale ALBERTO. Pluie torrentielle, inondations sur la Géorgie, l’Alabama
Octobre ; orages, pluies torrentielles provoquent des inondations dans le Texas
Automne ; Vagues de chaleur et sur les Etats de l’Ouest

1995
Janvier à Mars ; inondations en Floride dues à des tempêtes d’hiver et à une pluie torrentielle.
Mai ; grêle, pluie torrentielle et tornades sur le Texas, la Louisiane, le Mississippi et l’Oklahoma.
Septembre ; ouragan MARILYN sur les îles Virgin.
Octobre ; ouragan OPAL sur la Floride, l’Alabama, la Caroline, le Tennessee et l’Alabama.
Septembre ; ouragan FRAN sur la Caroline du Nord et la Virginie.

1996
Janvier ; blizzard suivi d’inondations sur le Nord Est.
Février ; importantes inondations dues à des pluies lourdes, et persistantes mêlées de neige fondue sur les Etats de l’Oregon, l’Idaho , le Montana, Washington...
Eté ; sécheresse sur l’Oregon et le Texas.

1997
Janvier ; pluie torrentielle et neige fondue provoquent des inondations dans le Dakota et le Minnesota.
Mars ; inondations et tornades sur les vallées de l’Ohio et du Mississippi.
Avril-Mai ; pluie torrentielle et neige fondue provoquent des inondations dans le Dakota et le Minnesota.

1998
Janvier ; Tempête de glace sur le New Hampshire, le Maine, le Vermont et New York.
Printemps ; Tornades et inondations dans les Etats du sud dues à El Niño.
Septembre ; ouragan GEORGES sur la Floride, l’Alabama, la Louisiane, le Mississippi.
Octobre-Novembre ; inondations sur le Texas.

1999
Janvier ; tornades sur le Tennessee et l’Arkansas à deux reprises pendant 6 jours.
Mai : tornades sur le Kansas et l’Oklahoma.
Eté ; Vagues de chaleur et sécheresse extrême entraînant des pertes en agriculture considérables.
Septembre ; ouragan

Des baleines mortes aux Canaries ? LAS PALMAS (Espagne) (AFP)... un exemple parmis beaucoup devenu courant comme vous l’avez sans doute remarqué au infos T.V !

L’organisation écologiste Greenpeace a accusé l’Otan d’être responsable de la mort de seize baleines échouées sur les côtes de l’archipel espagnol des Canaries
Mais le ministère espagnol de la Défense a assuré qu’il n’était pas prouvé que ces cétacés aient été victimes de manoeuvres navales en cours.

Greenpeace considère que la mort des seize baleines échouées est due à des "manoeuvres de l’Otan" organisées au large des Canaries et a demandé au gouvernement espagnol l’ouverture d’une enquête à ce sujet, a indiqué mercredi l’association dans un communiqué publié à Las Palmas (Canaries). "Le lien entre la mort des baleines et les manoeuvres de l’Otan est assez clair", a affirmé un porte-parole de Greenpeace, Sebastian Losada, à l’AFP. "Il est inacceptable que le gouvernement espagnol autorise ce type de manoeuvres dans ces eaux, un des lieux au monde où la concentration de cétacés est la plus forte", a-t-il poursuivi.

Les cétacés retrouvés morts sur la côte ouest des îles atlantiques de Fuerteventura et Lanzarote souffraient d’hémorragie au niveau des oreilles et de la bouche, selon le communiqué de Greenpeace. "Les dégâts causés par la pollution acoustique produite par le sonar à haute fréquence qui est employé au cours de ces exercices (militaires) est bien connu", a précisé Greenpeace. Le gouvernement régional des Canaries n’a confirmé la mort que de douze baleines à bec de Cuvier, espèce proche des dauphins, et a demandé l’arrêt immédiat des opérations militaires, a-t-on appris de source gouvernementale. "Il n’est pas démontré que la mort des cétacés ait été causée par ces manoeuvres", a pour sa part affirmé à l’AFP un porte-parole du ministère espagnol de la Défense. "Il ne s’agit pas de manoeuvres de l’Otan proprement dites.

Les manoeuvres Neo Tapon 2002 sont organisées par l’Espagne, qui a invité onze autres pays ainsi que la flottille permanente de l’Otan en Atlantique. Les opérations ont commencé le 17 septembre" dans le détroit de Gibraltar et prendront fin jeudi au large des Canaries, a-t-il été précisé. Une trentaine de navires de guerre, six sous-marins, des forces de l’armée de l’air étaient invités à participer aux opérations. En 1989, lors de manoeuvres militaires du même type en face de l’île de Fuerteventura, 24 cétacés avaient été retrouvés morts, a annoncé la société espagnole des cétacés (SEC).

La seconde application de cette fabrication de très basses fréquences par ionosphère interposée est le scannage des sols (selon des fréquences de quelques dizaines d’Hertz). Comme d’habitude ceci pourrait avoir des retombées positives (recherches de ressources naturelles). Mais le but majeur est de déterminer la position des installations souterraines de "l’ennemi". Encore une fois on rappellera les effets tératogènes de telles ondes. La liste des maux que l’on pourrait engendrer avec elles est quasi infinie. Nous avons évoqué des mutations. Mais ces ondes pourraient aussi agir sur les encéphales humains et animaux, modifier des comportements de manière totalement imprévisible.

Le mémoire de Mampaey vous y trouverez une liste plus exhaustive des diverses applications militaires de ces "armes à micro-ondes" qui constituent une panoplie impressionnante.
Cela fait un quart de siècle qu’on sait qu’en plaçant la tête dans l’axe du guide d’onde d’un radar dont la porteuse est modulée selon un fréquence se situant dans l’audible on entend nettement la modulation, ce qui n’est excellent ni pour la santé, ni pour le système auditif. Agir sur les êtres humains avec de la HF modulée ne relève donc nullement de la Science Fiction.

Page 51 de son rapport Luc Mampaey évoque un brevet concernant un artificial atmospheric mirror (AM) mettant en jeu deux pinceaux de HF. Tel qu’il est censé fonctionner actuellement, le système Haarp est en dessous du seuil de puissance permettant d’ioniser l’air, d’un facteur 2. Il est évident qu’on n’en restera pas là. Les installation Haarp sont alimentées par des groupes électrogènes, visibles sur le cliché ci-dessus (total 3,6 MW). C’est normal dans l’optique des communications avec les sous-marins. Il faut faire pulser l’ionosphère à de très basses fréquences et suffisamment longtemps pour que le message passe. Donc il faut un fonctionnement qu’on peut assimiler à du continu. En impulsionnel on pourrait d’ores et déjà mettre en jeu des puissances bien plus importantes, se situant d’emblée au niveau du térawatt. Là, on ionise très fortement. La couche d’air ionisé peut alors se comporter comme un miroir, vis à vis d’un nouveau tir d’ondes électromagnétique. On obtient ce qu’on appelle "une arme à énergie dirigée".

Information non présente dans l’étude de Maupaey. On sait depuis longtemps créer un miroir constitué de gaz ionisé de forme quelconque. Pour ce faire il suffit d’utiliser deux sources :

Arme à micro-ondes utilisant un miroir artificiel constitué de gaz ionisé
La première a une fréquence N1, la seconde une fréquence N2. Dans tout milieu gazeux il existe une fréquence optimale Ni pour créer l’ionisation, qui dépend de sa densité. Envoyons dans l’air deux pinceaux de HF, très directifs, ayant des fréquences N1 et N2 supérieures à Ni et débrouillons-nous pour qu’à l’endroit où nous ferons se croiser ces faisceaux la différence (N1 - N2) soit précisément égale à Ni . Dans ce volume, limité, où les deux faisceaux se croisent, l’air va se trouver fortement ionisé. Ensuite nous effectuons un balayage spatial faisant que cette zone de croisement explore une surface. Celle-ci pourra être plane ou concave. Avec une telle technique il est parfaitement possible de créer en haute altitude un miroir de très grande surface constitué de gaz ionisé, sir lequel pourra se réfléchir un pinceau de micro-ondes émis à partir du sol. Tout cela étant en impulsionnel, cela ne laissera aucune trace. Le milieu pourra se désioniser très rapidement. La signature du phénomène pourra être si fugace que celui-ci ne pourra pas, à la limite, être mis en évidence, ou assez difficilement.

Voilà ce qui est suspendu au dessus de nos têtes, sous couvert d’études scientifiques qui ne sont que des ... Usurpation, Secret et Arnaque .

L’interfax News Agency de son côté se fait l’écho de débats ayant eu lieu en août 2002 à la Duma (Assemblée) Russe. Ses membres ont exprimé leur vive inquiétude vis à vis du développement de ce nouveau type d’arme en évoquant "un saut qualitatif considérable en matière d’armements". Le rapporteur à la Douma a précisé que les Etats-Unis avaient prévu d’installer trois sites de ce type. Celui d’Alsaka devrait être pleinement opérationnel en 2003. Le second serait implanté au Groënland et le troisième en Norvège.

Le communiqué évoque les différentes façons d’exploiter ces installations à des fins militaires :
- Perturber les communication radio
- Dérégler les installations de contrôle des avions et des missiles.
- Mettre à distance HS des installations électriques civiles.
- Provoquer des incendies dans des installations industrielles.
- Agir de façon néfaste sur l’état mental de vastes groupes humains.

Les rapporteur à la Douma a immédiatement demandé que des tels projets soient immédiatement stoppés, appel qui a été contresigné par 90 députés et transmis à l’ONU, à différents organismes internationaux, ainsi qu’aux parlements et aux leaders des pays adhérant à l’ONU.


Des objectifs douteux

Sur la base des travaux et brevets d’Eastlund, d’autres scientifiques, chercheurs, journalistes et militants écologistes se sont engagés dans un véritable jeu de détective avec l’armée américaine afin de déterminer d’autres aspects non avoués par l’Air Force et la Navy du projet "Haarp".

Parmi ceux-ci, le Dr Rosalie Bertell, une scientifique de haut niveau qui, naguère, avait été désignée comme expert par l’administration Reagan pour étudier les effets du projet d’armement "Star Wars". Elle est aujourd’hui consultante pour le Parlement européen sur "Haarp". Ou encore le Dr Nick Begich, un écologiste convaincu et Jeanne Manning, une journaliste indépendante qui s’est spécialisée dans les recherches sur les énergies dites "non conventionnelles" qui sont coauteurs d’un livre "anti-Haarp" au titre évocateur : "Angel dont’ play this Haarp", qui a fait grand bruit outre-Atlantique et qui révêle, sur la base de données sérieuses, les applications occultes du projet.

Le fruit de leur enquête a été corroborée par d’autres scientifiques comme le Pr Zielinski, un physicien allemand spécialisé dans l’électrodynamique quantique ou le chimiste américain Richard Williams. La liste des détracteurs scientifiques de Haarp est innombrable.

Un vaste système de contrôle beaucoup plus subtil que Echelon (cf article dans les news)

Selon ces scientifiques, les militaires n’en sont qu’à la phase expérimentale de leurs travaux mais les résultats déjà enregistrés sont très prometteurs. Ainsi, grâce à l’injection de fortes quantités d’énergie dans l’ionosphère, on pourra influencer la météorologie pour provoquer des effets bénéfiques dans une région donnée... ou cauchemardesque dans une autre.

Comment est ce possible ?

Tout simplement en modifiant la circulation des vents en haute atmosphère là où ils entrent en interaction avec l’ionosphère. On pourra également provoquer la libération soudaine d’une énorme quantité d’énergie en imitant par exemple le flash provoqué par une explosion nucléaire à haute altitude. Un type d’action militaire qui ne relève en rien de la science-fiction puisqu’elle a déjà été utilisée sur le terrain en 1991 au cours de la guerre du Golfe et de l’opération "Desert Storm". Selon le périodique militaire officiel Defence News (n°19 du 13 avril 1992), les Etats-Unis avaient déployé sur le champ de bataille une arme à impulsion électromagnétique (EMP Weapon).

Le but de cette arme est double : il permet, comme le fait une explosion nucléaire, d’empêcher toute forme de communication radio chez l’ennemi et a un effet redoutable en matière de guerre psychologique. On comprend mieux dans ce cas pourquoi des dizaines de milliers de soldats irakiens se sont rendus sans combattre.

Mais il reste un domaine d’application, encore plus inquietant dont les militaires américains pourraient tirer parti. Vu le passif de l’Air Force et surtout de la CIA en matière d’expérimentations chimiques et bactériologiques, il est concevable que les militaires n’aient pu résister à la tentation de faire de Haarp une arme polyvalente.

Certaines ondes peuvent en effet provoquer l’apparition dans le cerveau de substances neurochimiques qui génèrent, "un vaste arsenal de réponses et de comportements émotionnels ou intellectuels tels que des sentiments de peur, de dépression, de désir, d’amour, etc."

Ce type de technologie ne rebute absolument pas les stratèges du Pentagone, loin s’en faut. Pour preuve, on peut lire dans une revue à circulation interne (The revolution in military affairs - Stategic Studies Institute-US Army War College) qui n’est pas censée tomber entre des mains civiles la conception suivante : "Nos valeurs changent et la technologie s’ouvre sur de nouveaux horizons.

Il y a peu, pendant la guerre froide, les opérations psychologiques et l’armement psychologique étaient encore primitifs. Alors que nous entrons de plain-pied dans l’ère de l’électronique et de la bioélectronique, il devient nécessaire de réévaluer les barrières morales et éthiques que nous avons posées en interdisant (toute technologie) pouvant manipuler l’esprit de nos ennemis tant à l’intérieur du pays qu’à un niveau international...

Dès que cela sera possible, nous encouragerons des entreprises privées ou semi-privées à développer une technologie appropriée... Nous pouvons agir de même avec les nouveaux types d’armements comme les armes biologiques incapacitantes et les armes psycho-technologiques avancées..."

Bouclier global

Le système, tout en rendant obsolète le système de laser destructif à rayons X cher au président Reagan dans le cadre du programme anti-missile de la " guerre des étoiles ", du temps de la présidence de Ronald Reagan et abandonné depuis, permettrait de concevoir un bouclier de protection globale rendant inopérant tout système de navigation et de guidage de n’importe quel missile en vol et ce, sur n’importe quel point du globe.

"Haarp" est donc le dernier chapitre en date de ces projets. Les Américains auraient même l’intention de développer un véritable réseau de stations similaires à travers le globe afin de créer de la sorte un bouclier modulable total.
Ainsi, il existe d’autres complexes de recherches sur l’ionosphère comme à Puerto Rico, en Norvège à Tromsoe, au Pérou à Jicamarca, en Russie (près de Moscou) ou encore à Nizhny Novgorod, en Ukraine ou dans le Tadjikistan...

En y ajoutant le système Echelon, il semble que se dessine en arrière fond, un curieux scénario. Est ce nous qui nous faisons des idées, ou alors est ce une réalité. Dans le doute, il faut mieux être vigilant et méfiant.

Voila les Américains n’aiment pas les Frenchy’s, sa tombe bien ! je les "kiffe" pas non plus ... C’est donc de bonne guerre que je clos ce premier chapitre qui je suis sur ne sera pas le dernier.

par ²Gaule Chef du FFI "Force Française de Internet" alias Mr. Scx ;)


HAARP dans l’espace ?

Selon une information transmise par l’AFP le mercredi 31 janvier 2001, le Japon veut générer de l’électricité dans l’espace à partir de 2040. Il gouvernement japonais a émis pour raison officielle que l’énergie ainsi créée éviterait d’être produite en usine sur terre, ce qui impliquerait pollution et effet de serre. La technologie est balbutiante mais le projet est bien réel, formulé à la presse par Osamu Takenouchi, responsable de la division spatiale au ministère de l’Economie, du Commerce et de l’Industrie (METI). Le projet consiste à déployer un satellite équipé de deux panneaux solaires, d’un diamètre d’un kilomètre sur trois en orbite géostationnaire, à environ 36. 000 km de la terre.

Cet engin devrait être capable de générer un million de kilowatts par seconde, soit l’équivalent d’une centrale nucléaire. L’électricité sera envoyée vers la terre par des micro-ondes émises par une antenne d’environ un kilomètre de long. Elle sera reçue par des récepteurs, de plusieurs kilomètres de diamètre, implantés dans les déserts ou sur la mer.

Contrairement aux installations solaires installées à terre, le satellite sera en mesure de générer de l’électricité durant la nuit, a précisé M. Takenouchi. Le satellite devrait peser autour de 20.000 tonnes et le coût de sa construction est estimé autour de 2.000 milliards de yens (18 milliards d’Euros).

Le kilowatt reviendrait ainsi à 23 yens par heure, ce qui le rendrait nettement plus cher que l’énergie nucléaire ou thermique, dont le coût est d’environ 9 yens. Même si le coût diminue avec le temps, même s’il finit par rapporter, l’investissement est considérable. Il faut plutôt penser aux raisons qui peuvent pousser un Japon qui vient de subir en crise économique à investir dans un satellite ultra-perfectionné. Les satellites n’ont-ils pas d’autres usages ?

Signalons pour information que le Japon vient de mettre en place un dispositif d’interceptions des e-mails, l’équivalent du système Carnivore du FBI. Son coût est évalué à 140 millions de yens (9,7 millions de francs) pour l’année 2001. L’interception est indétectable, elle filtre les e-mails à partir de leur source (les fournisseurs d’accès) et duplique les e-mails suspects. Moins provocateur que son homologue du FBI, appelé Carnivore, cet outil d’interception porte le nom de Temporary Mail Box ("boîte aux lettres temporaire"). Le niveau supérieure des systèmes d’écoute est l’espionnage des ondes radios : armée, police, téléphones, portables... Les Anglophones (Etats-Unis, Angleterre, Australie) utilisent déjà le système Echelon (situé en Angleterre), les Français le système Auskansus. Pour la Japonais, qui n’ont pas de base en Europe, l’idéal serait d’utiliser un satellite qui pourrait en outre espionner la Chine et les Etats-Unis .

Les micro-ondes eux-mêmes n’ont-ils pas d’autres usages ? A grande échelle, ils sont capables de modifier le climat terrestre. C’est d’ailleurs là le principe du projet HAARP ou High-frequency Active Auroral Research (recherches dans le domaine des hautes fréquences appliquées aux aurores boréales) des Américains, fortement critiqué par le Parlement européen . Le projet HAARP se base sur des propriétés de la force électromagnétique découvertes et testées par Nikola Tesla . Or, Tesla pensait avoir trouvé là un moyen de communiquer avec les extra-terrestres. Il prétendait aussi avoir reçu des réponses...

Officiellement, les scientifiques qui travaillent sur cet émetteur radio mégalomaniaque veulent étudier l’ionosphère. Officieusement, Haarp va tirer parti de l’ionosphère pour en faire une arme à énergie. L’ionosphére est cette couche située au-dessus de la stratosphère, constituée de particules ionisées hautement chargées en énergie et qui démarre à une altitude moyenne de 48 km pour se terminer à 600 km de notre surface terrestre. Cette couche à haute densité énergétique est vitale pour notre planète car elle joue un rôle fondamental de bouclier, au même titre que la couche d’ozone. Elle nous protège des dégagements nocifs du soleil. L’ionosphère "capture" entre autres choses les particules chargées électriquement et nées des "vents et tempêtes" solaires et galactiques. On sait par ailleurs que les recherches menées depuis un siècle par une série de scientifiques ont mis en évidence le fait que ce "manteau énergétique" protégeant la terre pouvait, avec une technologie appropriée, devenir une arme stratégique de toute première importance (...).

Selon ces scientifiques, les militaires n’en sont qu’à la phase expérimentale de leurs travaux mais les résultats déjà enregistrés sont très prometteurs. Ainsi, grâce à l’injection de fortes quantités d’énergie dans l’ionosphère, on pourra influencer la météorologie pour provoquer des effets bénéfiques dans une région donnée... ou cauchemardesque dans une autre. Comment ? Tout simplement en modifiant la circulation des vents en haute atmosphère là où ils entrent en interaction avec l’ionosphère. On pourra également provoquer la libération soudaine d’une énorme quantité d’énergie en imitant par exemple le flash provoqué par une explosion nucléaire à haute altitude. Un type d’action militaire qui ne relève en rien de la science-fiction puisqu’elle a déjà été utilisée sur le terrain en 1991 au cours de la guerre du Golfe et de l’opération "Desert Storm". Selon le périodique militaire officiel Defence News (n°19 du 13 avril 1992), les Etats-Unis avaient déployé sur le champ de bataille une arme à impulsion électromagnétique (EMP Weapon). Le but de cette arme est double : il permet, comme le fait une explosion nucléaire, d’empêcher toute forme de communication radio chez l’ennemi et a un effet redoutable en matière de guerre psychologique. On comprend mieux dans ce cas pourquoi des dizaines de milliers de soldats irakiens se sont rendus sans combattre.

Autre application de la technologie "Haarp" : transmettre sans l’apport d’un câble électrique de fortes quantités d’énergie d’un point à l’autre. Utile, par exemple, pour ravitailler à distance les batteries électriques d’un sous-marin .

Le satellite japonais pourrait donc bien avoir plusieurs fonctions, le principal pour le gouvernement japonais étant de maîtriser l’énergie Tesla avant 2040, quelqu’en soit l’utilisation. Il est possible que le Japon réponde ainsi au projet HAARP des Américains, en leur lançant un message : Nous savons que vous cherchez et nous cherchons aussi. En réalité, il se pourrait que les Américains soient vraiment très en avance. On peut imaginer que certaines perturbations climatiques, que certains cyclones et que certains tremblements de terre de part le monde ne sont pas dus au hasard...

En outre, en prétendant financer une nouvelle technologie visant à produire une énergie non polluante, le gouvernement japonais satisfait en réalité son électorat. En effet, pour le Japon, dépourvu de matières premières, cette technologie présenterait de nombreux avantages, notamment environnementaux, car l’énergie solaire n’émet pas de CO2, rappelle le responsable du METI. Son développement permettrait également de s’affranchir des problèmes de sécurité et de retraitement de l’industrie nucléaire, selon lui.

Or, le nucléaire, qui produit près d’un tiers des besoins énergétiques de l’archipel, a été récemment remis en cause par une partie de l’opinion nippone lorsqu’un accident a fait deux morts par radiation en septembre 1999 dans une installation de fabrication de combustibles pour centrales.

Le Japon s’est lancé dans la conquête de l’espace en 1969 et a depuis fait partir plus de trente fusées. Mais le programme a subi plusieurs revers ces dernières années, obligeant Tokyo à repousser le développement du lanceur H-2, dont l’ambition est de concurrencer l’Européenne Ariane.

Leur projet ne pourrait donc bien être qu’un coup de bluff. Il n’en reste pas moins que HAARP est une réalité. Les Américains ont décidé de le développer sur terre. Le projet des Japonais va peut-être leur donnée l’idée de développer un pendant de leur installation dans l’espace, si ce n’est déjà en cours... Le projet HAARP semble en effet l’arme idéale, capable de toucher une grande partie de la planète. Plus subtile que l’arme atomique, il peut également avoir des effets sur le comportement émotionnel des individus. L’eurodéputée Magda Haalvoet a déclaré à ce propos que ce type d’armement (non lethal weaponery), peut mettre en danger les libertés individuelles et la démocratie". La menace est prise aux sérieuse, mais l’Europe ne peut rien faire : elle ne possède pas la technologie HAARP et elle est économiquement liée aux Etats-Unis. L’Europe est comme hypnotisée par les Etats-Unis...

(...) dès 1952, le Dr Jose Delgado, professeur à Yale, avait découvert que l’on pouvait affecter le comportement émotionnel et la façon de penser d’un individu par l’utilisation de certaines fréquences et certaines ondes.

Le Dr Nick Begich, coauteur de l’ouvrage "Angels dont’ play this Haarp", n’hésite pas à affirmer qu’un des buts du projet Haarp est de mettre sur pied une telle arme "il est douteux que les organisateurs du projet Haarp n’aient jamais discuté de ce type de recherches. Selon mes sources, tous ceux qui sont impliqués dans le projet sont en fait aux première étapes de développement de ce genre d’application". Des scientifiques comme Delgado ou encore le Dr Robert Becker ont réussi à démontrer que des ondes de types ELF identiques à celles utilisées par Haarp, couplées avec l’emploi de courant alternatif, génèrent des fréquences "où la plupart des fonctions cérébrales profondes de l’être humain peuvent être manipulées de l’éxtérieur avec des résultats très tangibles". Certaines ondes peuvent en effet provoquer l’apparition dans le cerveau de substances neurochimiques qui génèrent, nous explique le Dr Begich, "un vaste arsenal de réponses et de comportements émotionnels ou intellectuels tels que des sentiments de peur, de dépression, de désir, d’amour, etc." .

Si cela s’avérait exact, que pourrions-nous faire ? Comment serions-nous capable de résister ? Quelle force y opposer ? Serions-nous capables d’être suffisamment conscients de nous-mêmes pour nous rendre compte d’une influence extérieure ? Sommes-nous suffisamment forts pour maîtriser nos instincts, pour les diriger ? Si les ondes électromagnétiques ont des conséquences sur notre façon de penser, ne peuvent-elles pas en avoir également sur notre façon de voir le monde ? Enfin, quels effets ont déjà les appareils électriques que nous possédons, télévision, chaîne hi-fi, micro-ondes... ? Sans être alarmistes, disons seulement qu’il serait bon que cette question soit résolue. Or, il faut des éléments de preuves pour que le Parlement européen décide une commission d’enquête. Il faut ensuite attendre plusieurs années. Quand il s’agit de relations diplomatiques, c’est confine parfois avec l’éternité...


Plus de renseignements sur HAARP

Le site officiel du projet Haarp : http://server5550.itd.nrl.navy.mil/...
Un des nombreux site qui pose des questions : http://www.haarp.net/

Il existe une étude du dossier Haarp, en français, émanant du grip : http://www.grip.org/pub/rap/rg98-5_...
Nous conseillons à nos lecteurs de télécharger ce fichier pdf très clair et semble-t-il assez complet.
Le GRIP est le groupe de recherche et d’information sur la paix et la sécurité

autre article : HAARP et les tempêtes de 1999 en France : http://www.syti.net/ArmesClimatique...
HAARP : Vers un contrôle militaire, civil et météo : http://www.monde-solidaire.org/spip...

pour voir HAARP sur Google Earth, téléchargez ce fichier : http://www.syti.net/Documents/HAARP.kmz
(pour l’instant, seule une moitié de HAARP est couverte en haute définition)


lire la suite : [ AREA 51 ] "Dreamland"

[1] C’est une enceinte faite d’un matériau le plus conducteur possible de l’électricité, du cuivre en général. C’est coûteux, lourd. On peut carrément enfermer des installations dans une enceinte en cuivre, entièrement fermée. Mais on peut aussi se limiter à du grillage et c’est en général de ce qu’on fait. L’essentiel est que cette enveloppe absorbe bien l’énergie électromagnétique incidente, se comporte comme une antenne efficace.



Publicité :

Répondre à cet article

[ Forum ] de l'article

recherche avancee

Sommaire de l'article:

Tag's de l'article

RETROLIENS

14

Recommandations

Informations : Le Player Flash de Macromédia est nécessaire pour voir les vidéos.
Si vous ne voyez pas les vidéos, téléchargez le player ici : flash player

Optimisation du site :
Plus d'info » Ce site Web est optimisé pour les navigateurs conformes aux normes issues du W3C.
Le W3C est un rassemblement d’entreprises et institutions présentes dans tous les pays du monde.
Le W3C a publié plus d’une quarantaine de recommandations depuis 1994.