:: Accueil du site > [ X-Files ] > [ MARS ] Artefacts : Connexion mégalithique ?

( Les Mysteres de Mars )

[ MARS ] Artefacts : Connexion mégalithique ?

( Connexion mégalithique - Partie 1)

Publié le 17 octobre 2003 - Modifié le dimanche 8 mai 2005 :: 5061 visites robots/humains. ( Popularité: 38)

ScientoX

fontsizeup fontsizedown {id_article} impression syndiquer le forum 0 réaction

David Percy, chercheur et directeur européen des opérations pour la mission Mars, co-auteur de l’ouvrage "Deux tiers" présentant l’hypothèse qu’une forme de vie intelligente a conçue et élaborée une construction sur la planète Mars, a donné une conférence sur ce sujet en septembre 1996 à l’université de Bradfor, en Angleterre. Cette conférence met en évidence le lien entre le site de Cydonia sur Mars et les sites d’Avebury, Glastonbury et Stonehenge en Angleterre.

On se souviendra qu’en août 1975, la Nasa avait envoyé la sonde orbitale Viking vers la planète Mars et celle-ci a commencé à envoyer des clichés détaillés de sa surface en juillet 1976. Certains clichés avaient été présentés à la Presse et à la télé, notamment celui où l’on voyait apparaître un visage, mais les scientifiques de la Nasa s’étaient vite empressés de dire que cette image était une illusion due à un effet d’ombre et de lumière.

Toutefois, par la suite, certains chercheurs ont pu avoir accès à ces clichés et se sont penchés de plus près sur ce "visage" et, grâce à une technologie de pointe, ont pu découvrir des choses tout à fait étonnantes. David Percy est l’un d’eux et a démontré, tout au long de sa conférence, que le visage est bien réel et qu’il existe même une connexion entre le visage de Mars et les trois sites archéologiques de Avebury, Glastonbury et Stonehenge, en Angleterre.

Les images qu’on nous montre dans cette vidéo sont vraiment étonnantes. Sur un cliché d’une partie de la région de Mars, appelée Cydonia, on voit effectivement un visage tourné vers le ciel, mais on aperçoit aussi d’autres structures dans son environnement. D’après les informations données, on retiendra cinq structures principales qui, pour des raisons pratiques, sont appelées "constructions" :

- Le visage de Mars, qui mesure 1500 m environ.
- Sur la droite du visage se trouve un cratère (3km de diamètre). Des agrandissement ont permis aux chercheurs de découvrir des détails importants à l’intérieur du cratère, dont notamment la présence d’une pyramide à trois côtés sur le bord du cratère, au nord, et deux points blancs au centre. D’autre part, près du cratère, à l’ouest, on aperçoit un grand mur.
- Au sud du cratère se trouve une butte (1500 m de diamètre pour 150 m de hauteur). Le chercheur nous fera remarquer que cette butte est entourée d’une spirale ascendante dans le sens contraire d’une montre.
- A l’ouest de la butte se trouve un ensemble formé par ce qui semble bien être des structures pyramidales. Les chercheurs l’ont appelé "La Cité". Au centre de la Cité, on aperçoit quatre "pierres" formant un carré et une "pierre" au centre.
- Au sud de "La Cité", on voit une grande pyramide à cinq côtés. 4 côtés sont abîmés mais la face ouest est intacte.

Le plus étonnant dans tout cela, c’est qu’on a découvert les mêmes "constructions" sur terre. Cette découverte a été possible après l’apparition des crop-circles , ces fameuses figures immenses apparues dans des champs de blés, en Angleterre. Là aussi, on a crié au canular, mais des recherches sérieuses sont en train de démontrer qu’une communication avec des êtres d’outre-espace est en train de se réaliser. Reste à déchiffrer ce langage...

Quoi qu’il en soit, c’est lorsqu’on a découvert, en 1991, un crop-circle au pied de la Colline de Silbury , dans le Wiltshire, qu’un chercheur s’est souvenu d’une photo aérienne sur laquelle on voit le "Avebury Circle" (grand site mégalithique circulaire).

Ces deux sites lui ont rappelé le cratère et la butte sur Mars. Une équipe de chercheurs ont donc fait des recherches et ont pu découvrir qu’en utilisant une carte de la région à grande échelle et en la superposant soigneusement sur un cliché de la partie "butte et cratère" de Cydonia, réduit dans la proportion de 14/1 (14 miles sur Cydonia équivalent à 1 miles à Avebury), tout correspond parfaitement. Les sites Avebury et Silbery se positionnent exactement sur le cratère et la butte de Cydonia. David Percy a même découvert qu’en superposant un calque du dessin du crop-circle de Silbery, ces trois éléments n’étaient qu’une seule et même représentation géographique et topographique, transmettant les mêmes informations. On voit d’ailleurs très bien les trois photos superposées à l’écran et cela ne laisse aucun doute.


- l’emplacement de la bute en spirale sur Cydonia correspond à la montagne de Silbury.

- le sommet de la pyramide à cinq côtés correspond à la stèle d’Avebury.

- Grâce à cette photo on peut se rendre de compte de la proximité de Silbury Hill, le mont en spirale, et du cercle ancestral d’Avebury.

Le chercheur explique qu’après avoir été inspiré par le crop-circle de Silbery, il a réalisé que la colline de Silbery et le cercle d’Avebury étaient bel et bien des représentations, à l’échelle, de la butte et du cratère de Cydonia (sur Mars). Nous vous conseillons de visualiser cette vidéo car le chercheur nous fait découvrir nombre de détails qui correspondent parfaitement à des lieux indiqués sur la carte. Ceci ayant d’ailleurs permis aux chercheurs d’aller voir ces "constructions" de plus près et leurs découvertes n’ont fait qu’étayer leurs conclusions.

Un écrivain a dit : "Si Stonehenge est une église, Avebury est une cathédrale". En effet, le cercle mégalithique d’Avebury est l’un des plus grands (400 m de diamètre) et des plus beaux qui soient, et d’une rare complexité. Il est constitué d’un rempart de terrassement et d’un fossé intérieur d’où provient la terre du rempart. On trouve aussi les alignements de pierres formant deux anneaux à l’intérieur du cercle. Environ un million et demi de mètres cubes ont été enlevés pour élaborer le cercle et l’on pense que cela a été fait il y a 5000 ans.

- le cratère correspond au cercle d’Avebury qui était pourvu à l’origine de deux grands cercles de roches, dont la date de construction est estimée entre 2500 ans avant J-C pour certains, 5000 ans avant J-C pour d’autres.

- On peut noter que les centres de ces cercles de roches se retrouvent sur le cratère martien sous la forme de deux pierres blanches (?).

Afin que la vie évolue sur une planète, tout du moins sous la forme où nous la connaissons, celle-ci se doit de tourner à une vitesse suffisante, avec une inclinaison se situant dans une position opposée à sa rotation. Ce mouvement crée une tension, ajoutée à celle d’un satellite (la lune), qui autorise la vie.

En superposant le plan du cercle sur le cratère de Cydonia, les chercheurs se sont rendus compte que les deux points blancs correspondent avec les deux anneaux de pierres qui marquent le centre du cercle d’Avebury. David Percy pense que les deux anneaux du cercle d’Avebury sont là pour immortaliser l’emplacement d’une structure technologique très avancée qui devait agir sur l’environnement afin de rendre la vie possible sur Mars. Des êtres intelligents ont sûrement vécus et travaillés sur cette planète, du moins temporairement.

Ces repères blancs se rapportaient à l’emplacement de deux disques tournant qui injectaient des gravitrons dans la planète, ce qui avait pour effet d’alourdir la planète Mars afin de lui permettre de tourner à la bonne vitesse et ainsi, d’avoir une atmosphère.

On peut aussi noter que le mur adjacent au cratère est sur les dépôts du cratère, donc postérieur aux éjections (si ce sont des éjections).

- Si l’on observe avec attention le cratère du site de Cydonia, on remarque une protubérance géographique semblable à une bute, juste avant un trou.

- On retrouve cette particularité sur le cercle d’Avebury.

- Il est bon de préciser ici qu’à un point précis sur le cercle du site d’Avebury se trouve un monticule qui est en forme de tétraèdre, et les chercheurs ont découvert que cette forme apparaît également sur le cercle du cratère de Cydonia.

Comment se fait-il alors que, il y a 5000 ans, des hommes aient voulu immortaliser ce qui se passait sur Mars ?

La colline de Silbery elle-même reste un mystère absolu. On dit que les anciens bretons montaient sur cette colline en la gravissant en spirale... Curieusement, la butte sur Mars présente une spirale... Quand on pense que trois millions de mètres cubes environ ont été remués pour la colline de Silbery, ce qui a dû nécessiter, d’après les experts, 700 personnes pendant 10 ans. Avec quoi ont-ils travaillé et pourquoi ?


C’est tout de même une prouesse étonnante, cela devait donc être d’une importance considérable pour eux.

On peut ensuite s’amuser à remarquer des coïncidences pour le moins troublantes :

- On retrouve cette spirale logarithmique sur le crop circle qui est apparu le 17 juillet 1991 dans la région de Barbury.

- On peut remarquer au centre de ce même crop circle un tétraèdre qui a peut-être aussi un rapport avec la planète Mars.

- La spirale qui caractérise la butte dans la zone de Cydonia a été reproduite par des scientifiques qui ont constaté qu’il s’agissait d’une spirale logarithmique.

- Lorsque l’on trace une droite passant par la bute en spirale du site de Cydonia et le tétraèdre qui surplombe le cratère, et une autre passant toujours par cette même butte et par le mur longeant le cratère, on peut mesurer un angle de 19°47 entre ces deux droites.

- On peut trouver cet angle dans une des mesures effectuées sur un autre crop circle apparu le 27 juillet 1991 à Silbury Hill.

(Il est tentant de faire le rapprochement quand on sait qu’il existe des rapports entre la taille des cercles de cette figure géométrique et les rapports de masse entre Mars et la Terre.)

En effet, dans son exposé, David Percy nous explique que la plupart des planètes, en raison de leur rotation, connaissent un pôle d’énergie physique tridimensionnel situé entre le 19éme et le 20éme degré de latitude, aussi bien dans l’hémisphère nord que dans l’hémisphère sud. Cette latitude coïncide avec celle d’une pyramide fictive de 3 côtés dont la base serait à l’intérieur de la planète. On appelle cela un tétraèdre circonscrit, avec un sommet au pôle sud et les pointes à 19.47°.

- Ce phénomène s’observe sur la plupart des planètes du système solaire et coïncide souvent avec une particularité géographique ou physique. Sur Mars, c’est le mont Olympe qui se trouve à une latitude de 19.47°. Sur Jupiter figure une tâche rouge et sur Neptune, une tâche noire de la taille de la planète Terre.

- La plupart des planètes, en raison de leur rotation, connaissent un pôle d’énergie physique tridimensionnel situé entre le 19éme et le 20éme degré de latitude, aussi bien dans l’hémisphère nord que dans l’hémisphère sud.

Cette latitude coïncide avec celle d’une pyramide fictive de 3 côtés dont la base serait à l’intérieur de la planète. Nous appelons cela un tétraèdre circonscrit, avec un sommet au pôle sud et les pointes à 19.47°.

Pour aller un peu plus loin, David Percy nous fait observer qu’en agrandissant une carte à 1/5, Stonehenge correspond parfaitement à la butte en spirale de Cydonia, Avebury correspond à la base du mur du cratère, et le Mont Thor à Glastonbury correspond à la pyramide à cinq côtés.

JPEG - 44.8 ko
photo - Click sur l’image pour agrandir

- Si l’on étudie les rapports géométriques entre toutes ces particularités géographiques, on peut observer des coïncidences intéressantes avec les sites de Stonehenge, Avebury et Sylbury en Angleterre.

- En y regardant de plus prés, on peut y observer des pyramides à cinq (five-sided pyramid) et à quatre côtés(city), des murs(wall), une bute en spirale(spiral mound), un cratère(crater), etc...

- Lorsque l’on reporte le site de Cydonia en transparence et à l’échelle 1:5 sur le site mégalithique anglais on constate que :

- l’emplacement de la bute en spirale sur Cydonia correspond au cercle de pierre de Stonehenge.

- le sommet de la pyramide à cinq côtés qui, au passage, ne peut se former de manière naturelle, correspond au mont Thor de Glastonburry.

De plus, lorsqu’on superpose le plan de Glastonbury sur la pyramide à cinq côtés, on découvre que l’Abbaye de Glastonbury indique un emplacement précis de la face intacte (ouest) de la grande pyramide. David Percy pense qu’il doit s’agir d’un lieu très important dans la pyramide, où se trouvait sans doute la technologie qui fournissait toute l’énergie utile aux constructions dans lesquelles des êtres vivants ont vécu un certain temps.

En ce qui concerne la Cité des pyramides, au nord-ouest de la grande pyramide, le plan superposé de Glastonbury indique, au nord-ouest également, un endroit où se trouve des collines en forme pyramidale qui entourent un champ, Or, ceci correspond tout à fait au centre de la Cité sur Mars. En tirant ensuite une ligne de ce centre vers les divers points qui ont été énumérés, le chercheur nous fera remarquer que les figures tracés par ces lignes sont les mêmes que le crop-circle d’Avebury. Il s’agit sans doute de l’indication d’un réseau de courants telluriques (sur mars) sur lequel on a bâtit toute une région, tout un lieu de vie.

Les chercheurs ont même découvert que chaque pierre (menhir, dolmen, stelle, etc.) à son équivalent sur Mars. Il serait trop long pour énumérer la foule de détails que nous fera découvrir le chercheur tout au long de sa conférence, mais ces informations nous montrent qu’il existe des liens indiscutables et très solides entre les deux planètes, et qu’ il y a eu communication physique et/ou mentale entre Mars et la Terre. David Percy est persuadé que ces informations (notamment les crop-circles) ne sont pas seulement un message concernant des "constructions" spécifiques de Mars, mais qu’il s’agit surtout d’un message codé concernant les rouages secrets de l’univers. Par exemple, la position du visage de Mars n’est pas du tout hasardeuse et, comme cela est démontré dans le reportage, il s’agirait d’un sphinx. Le sphinx, c’est à la fois un lion et un être humain. Le lion représente le coeur ; c’est donc ici un symbole de l’âme de l’être conscient et un symbole de la réalité de l’être. Le physique et l’hyperdimensionnel rassemblés dans une sculpture moitié homme, moitié lion.

David Percy déclare que "c’est un concept extraordinaire et je pense que des êtres ont travaillé longuement à l’élaboration de ce visage, que ce soit pour leur bénéfice ou pour le nôtre.". Il nous fera remarquer que nous avons sur Terre un sphinx situé à proximité des pyramides de Giseh, et il y a sur Mars un sphinx situé à proximité des pyramides de la Cité de Cydonia. Encore une drôle de "coïncidence", non ?

Le chercheur pose une question : "La Nasa est allée sur Mars pour y rechercher la vie. Ne serais-t-il pas fabuleux d’y trouver des indices d’une vie intelligente ? N’auriez-vous pas envie de le crier sur tous les toits ? ".

Beaucoup d’interrogations subsistent sur le site martien de Cydonia ... La NASA ne fait rien pour les dissiper, si ce n’est nous fournir un cliché du "visage" tellement retravaillé graphiquement qu’il en est méconnaissable. Mais elle reste très discrète sur tout le reste de la zone.

Il faut préciser que le docteur Karl Sagan a admis que l’argument fallacieux concernant l’éclairage du visage de Mars était une déclaration erronée et malheureuse du directeur de projet... Il semble en tout cas qu’une décision ait été prise à un très haut niveau pour faire admettre l’idée que la vie existe probablement ailleurs. La Nasa n’ayant toutefois pas le temps de s’occuper de cela, elle a décidé de laisser le champ libre aux chercheurs comme David Percy, qui conclura par ces mots :

- "Il semble déjà établi, au-delà de toute incertitude, que Mars a été autrefois habité par des êtres pensants. Ce qui est beaucoup plus troublant, c’est qu’il est maintenant tout à fait manifeste que les habitants de la terre savaient cela il y a 5000 ans et peut-être même avant. La deuxième constatation renforce bien évidemment la première... ou plutôt, ces deux séries de données forment un tout inébranlable !"



Publicité :

Répondre à cet article

[ Forum ] de l'article