:: Accueil du site > [ X-Files ] > [ NIBIRU ] La Planete X (Updated)

( Enquete )

[ NIBIRU ] La Planete X (Updated)

(La 12 ème planète)

Publié le 6 mars 2006 - Modifié le samedi 8 avril 2006 :: 18266 visites robots/humains. ( Popularité: 100)

ScientoX

fontsizeup fontsizedown {id_article} impression syndiquer le forum 2 réactions

La NASA a cherché longtemps cette planète exclusive.

  • et c’est en 1983 que IRAS identifia formellement l’existence de cette planète, baptisée « Planète X » par les chercheurs de la NASA.
  • Les Sumériens connaissaient déjà l’existence de la planète il y a plus de 6000 ans !

- Cette planète non observable aurait une orbite de 3600 ans et serait habitée par des êtres appelés Annunakis.

- Ce mythe remonte à l’antiquité et aux écritures Sumériennes gravées dans la pierre.
- Nous ne pouvons la voir car elle émet dans le spectre de la lumière infra-rouge.
- Elle est quatre fois plus grosse que la Terre et fait 23 fois sa masse.

Les traces de la planète X dans le passé

Des textes sumériens (Irak actuel) datant de 6.000 ans indiquent que par le passé, la Terre fut heurtée par une grande planète (Nibiru, la planète du croisement) qui est entrée dans son orbite.
De cette collision serait née la terre, la lune, les comètes et la ceinture d’astéroïdes entre mars et jupiter.
Ils décrivent une orbite elliptique de la planète avec une récurrence de 3600 ans à l’occasion de laquelle : ‘Dieu refait la Terre’.

C’est aussi la version trouvée dans l’ancien testament.

Dans son livre ‘les mystères de Sirius’, R.Temple nous rapporte que les Dogons décrivent aussi une planète ‘à l’origine de chaque chose’.
Ils décrivent cette planète comme une pierre angulaire de notre système solaire sans laquelle aucune autre étoile ne pourrait suivre son cours.

Cette planète mythique a reçu différents noms à travers les âges :

- Nibiru ou la 12ème planète, pour les Sumériens (traduit aussi en planète du dépassement ou du croisement).
- Marduk (Mardouk) pour les Mésopotamiens et les Babyloniens (ce qui signifie « grand Astre du Ciel » ou « Roi des Cieux »).
- Winged globe (globe ailé) par les Hébreux anciens, en raison de sa logue orbite.
- Nemesis chez les Grecs.
- Hercobulus pour les Incas.
- les Égyptiens et les anciens Hébreux la représentaient sous la forme d’un disque ailé à cause de son immense orbite elliptique en forme d’ailes déployées.
- les Prophètes l’ont rebaptisée Étoile Rouge ou Croix de la Destinée, ainsi que Messager Ardent et Comète de la Fatalité.

Introduction

Dans l’Antiquité, seulement cinq planètes de notre système solaire étaient connues des astronomes : Mercure, Vénus, Mars, Jupiter, Saturne, qui avec le Soleil et la Lune étaient les seuls corps errants dans la sphère des étoiles fixes et ont ainsi donné leur nom aux jours de la semaine. Depuis le 16ème siècle jusqu’à nos jours une pléthore d’objets est venue peupler le système solaire connu et le nombre de planètes est désormais porté à neuf depuis la découverte de Pluton en 1930.

- En 1978, 2 astronomes de l’observatoire de la Marine US à Washington, R. Harrington et T. Van Flanders établirent que les orbites de Neptune et Uranus avaient subi des perturbations venant de l’attraction gravitationnelle d’un mystérieux corps céleste non identifié et qui fut appelé la planète X pour traduire à la fois son caractère énigmatique et le rang de dixième planète qu’elle occuperait au sein du système solaire. L’existence d’une planète au-delà de l’orbite de Pluton a été avancée pour rendre compte des perturbations observées sur le mouvement d’Uranus et Neptune, perturbations que la présence de Pluton seule n’arrivait pas à expliquer. Toutefois, les recherches visant à la mettre en évidence sont restées vaines, mais on a découvert depuis 1992 des astéroïdes trans-neptuniens. On attribue l’existence de ces astéroïdes à la présence d’une vaste région au-delà de l’orbite de Neptune peuplée de planétésimaux (astéroïdes et noyaux cométaires) : la ceinture de Kuiper.

Cette mystérieuse planète avait précédemment éjecté Pluton et Charon de leurs anciennes positions (comme satellites de Neptune). Selon ces deux astronomes, la planète X. était une intruse que le soleil aurait piégé dans une orbite très excentrique, très inclinée sur l’écliptique. Cette planète aurait 3 aux 4 fois la masse de la terre.

- En janvier 1981, un astronome de l’Observatoire National des Etats-Unis déclara que, pour la première fois, des irrégularités avaient été constatées dans l’orbite de Pluton, ce qui pouvait laisser supposer qu’il existait une interférence provoquée par la présence d’une dixième planète au sein de notre système solaire.

En fait, les astronomes sont pour la plupart convaincus qu’il existe réellement une planète supplémentaire dans notre système solaire, raison pour laquelle elle fut appelée la 10e planète ou planète X..
- Même la NASA en 1982 va reconnaître l’existence possible de la planète X.
- Puis, en 1983, le satellite Iras repère dans l’espace lointain un objet mystérieux, ainsi que le rapporte le 30 décembre 83 le Washington Post après avoir interviewé le responsable de l’Iras qui déclare "un corps céleste, peut-être aussi gros que la planète Jupiter et peut-être orienté vers la terre au point de faire partie du système solaire, a été découvert dans la direction de la constellation d’Orion par un télescope en orbite... nous ne savons pas ce que c’est".

le télescope à infrarouge embarqué à bord d’un satellite américain dans le cadre du programme IRAS identifia formellement l’existence de cette planète, baptisée « Planète X » par les chercheurs de la NASA.

Dans les années qui suivirent, on fut plus discret, mais les recherches continuèrent indiquant que X. devait avoir une orbite inclinée de 30 degrés sur l’écliptique, qu’elle devait se trouver trois fois plus loin du soleil que Pluton et avoir 3 à 4 fois la masse de la terre.

- En 1987, la NASA reconnaît officiellement l’existence de cette planète, ainsi que le rapporte Newsweek du 13/7/87 "... La semaine dernière, la NASA fit une déclaration étrange : une 10e planète, excentrique, pourrait être en orbite (ou non) autour du soleil...".


Nibiru existe donc bel et bien.
Elle décrit effectivement une large orbite elliptique autour du Soleil (plus proche de celle d’une comète que de celle des autres planètes de notre système) et revient à proximité de la Terre tous les 3600 ans, comme Sitchin l’avait pressenti. Son orbite va dans le sens contraire de celui des autres planètes de notre système. Elle est actuellement cachée par la barre d’astéroïdes qui se trouvent entre Mars et Jupiter. C’est pour cette raison qu’elle a été découverte aussi tardivement.

- Orbite de Nibiru

- il est même désormais possible de l’apercevoir par intermittence à l’aide d’un télescope de taille moyenne, sans que l’on puisse toutefois encore l’identifier avec précision. Car le gigantesque corps découvert en direction d’Orion est si mystérieux que les astronomes ne savent pas encore s’il s’agit d’une planète, d’une comète géante, d’une ’’proto-étoile’’ (c’est-à-dire d’un corps céleste ne s’étant pas suffisamment réchauffé pour devenir une véritable étoile), ou d’un système formé d’une naine de couleur brunâtre enveloppée de poussière et entraînant une planète dans son orbite. ’’Nous savons qu’elle est là, qu’elle se rapproche de nous, mais nous ne savons pas ce qu’elle est.’’ a récemment reconnu Gerry Neugebauer, directeur scientifique de l’IRAS.

Nibiru revient donc vers nous. Elle est désormais relativement proche, tout juste au-delà de Pluton.


- Pénétration de Nibiru au sein de notre système planétaire, suivant un angle d’une trentaine de degrés par rapport au plan de l’écliptique.

À la lumière des plus récentes données scientifiques, il existe un important faisceau de probabilités pour qu’elle passe à proximité de la Terre en 2012 ! et selon d’autres mesures 2300 (basé sur la vie de Moîse).

Selon différentes mesures effectuées par la NASA, dès 1995, elle était déjà suffisamment proche de notre planète pour l’influencer par son magnétisme. Et au fur et à mesure qu’elle s’est rapprochée de nous, l’effet rayonné de son champ magnétique a augmenté de manière exponentielle.
Certains chercheurs y voient une corrélation avec le phénomène actuellement observé de l’accélération de la résonance Schumann qui mesure la fréquence de la Terre (Cf. dossier Résonance Shumann). Car cette accélération vibratoire est liée à la perte de densité progressive de notre planète et aux perturbations gravitationnelles et électromagnétiques qui l’accompagnent.
Or, la pénétration d’un corps étranger dans notre système planétaire induit évidemment des bouleversements électromagnétiques au niveau de l’ionosphère, qui, à leur tour, perturbent l’équilibre des pôles magnétiques terrestres. L’éventualité du franchissement du fameux Point Zéro et d’un basculement des pôles est peut-être ainsi directement liée à la venue de Nibiru !

Le 7 avril 2001, le rapport de Science News titre "l’orbite singulière d’une comète suggère une planète cachée " écrit " bien au-delà des neuf planètes connues un objet aussi massif que Mors pourrait avoir fait partie de notre système solaire et pourrait bien s’y trouver encore". Cet article rapporte la découverte par une équipe d’astronomes, l’année précédente, d’une comète désignée cette fois-ci sous le nom de 2000-CR/105, sur une orbite solaire elliptique qui la situe à 4,5 milliards de kilomètres du soleil et (ajoute Sky And Télescope du 05/04/2020) cette orbite à une périodicité de 3300 ans (3600 ans selon d’autres sources). Une autre étude de l’équipe de L’observatoire de Nice Côte d’Azur, parue dans Icare suppose que l’orbite de la comète pourrait être l’œuvre d’une planète encore invisible aussi grosse que Mars.
La mystérieuse planète alimente les conversations des astronomes et des ufologues... De toute évidence la planète est bien là, toujours aussi mystérieuse. Certain prophétisent le retour, dans les temps présents, de cette planète, qui se nommerait "Nibiru" (la Nibiru des Sumériens).

Une autre possibilité est que les militaires américains en soient venus à imaginer la mise en place des incroyables scénarios des Solutions 2 et 3 sur lesquels ils travaillent depuis les années 1960 (Cf. : L’étrange témoignage de Milton William Cooper à propos des bases sur la Lune), parce qu’ils avaient été alors avertis par les Zétas du retour de Nibiru !

Quoi qu’il en soit, la perspective de ce retour est désormais associée non seulement par des spiritualistes mais aussi par un grand nombre de scientifiques à celle d’un possible basculement des pôles induisant des phénomènes cataclysmiques en séries. Mais tout semble dépendre en fait de l’élévation vibratoire et du niveau de conscience que l’humanité aura atteint d’ici là, dans le cadre de sa progression sur le chemin de l’Ascension.

Nibiru et les Sumériens

La Croix de Niburu

C’est en 1976 que parut le livre de Zechariah Sitchin intitulé « La Douzième Planète ».

Il y a 6000 ans, la première grande civilisation dont nous avons des preuves, fut fondée entre l’Euphrate et le Tigre, par les Sumeriens.

Zecharia Sitchin ( sitchin.com ), historien d’origine Russe s’intéressant aux langues, à l’histoire et à l’archéologie de l’Orient ancien, conclut en 1976 une genèse de l’homo sapiens en accord avec celle des Tibétains (si on en croit le lama Lobsang Rampa), des Hawaiiens, des aborigènes d’Australie, des Indiens d’Amérique du Nord (Apaches, Hopis et Sioux), des Mayas (d’après le prêtre de la confrérie blanche des Mayas, Miquel Angel).


Les Annunakiens des mythes sumériens, "ceux qui descendaient du ciel sur la Terre", étaient des extra-terrestres venant d’une planète encore inconnue de notre système solaire qui fait le tour du soleil en 3.600 ans, la planète Nibiru.

En tant qu’archéologue et chercheur israëlien, Sitchin avait été intrigué par l’emploi, dans la Genèse, du mot « Nephilim », qui signifie en hébreu ’’Ceux qui descendent du Ciel’’, et dont il avait déjà noté la présence sur des tablettes cunéiformes antérieures de plus de mille années à l’existence du patriarche Moïse, auteur présumé de la Genèse. Il s’était alors lancé dans l’étude de textes mythologiques provenant de différentes traditions du monde entier et il en avait conclu que l’homme était probablement une création d’anciens astronautes extraterrestres. Sa théorie reposait sur l’existence d’une planète encore inconnue de notre système solaire, à laquelle il attribua le nom étrange de « Nibiru ». Ce nom était en réalité emprunté à la civilisation sumérienne : il signifie « planète de passage ou croisement ». Les Sumériens désignaient ainsi la dixième planète de notre système. Ils avaient d’ailleurs également donné un nom à la période de temps nécessaire à Nibiru pour accomplir sa révolution complète autour du Soleil. Ils appelaient cette période de 3600 années « un Shar ».

Les astrologues de l’Inde ancienne nommaient Yuga le cycle de 3600 années correspondant au Shar. Selon les Puranas en effet, une Ère complète dure 14400 ans (soit 4 x 3600 ans) et se divise en quatre Âges principaux articulés à partir de ce cycle : le Satya Yuga ou Âge d’Or qui dure 7200 ans (soit 2 Shars), le Treta Yuga ou Âge d’Argent qui dure 3600 ans (soit 1 Shar), le Dwapara Yuga ou Âge de Cuivre qui dure 2400 ans (soit 2 tiers de Shar), et le Kali Yuga ou Âge de Fer qui dure 1200 ans (soit le tiers restant du quatrième Shar). Ces Âges se divisent eux-mêmes en sous-âges qui ont les mêmes noms et s’échelonnent selon le même rapport-temps (2 + 1 + 2/3 + 1/3 = 4). Ainsi, le Kali Yuga comporte son âge d’or qui dure 600 ans, son âge d’argent qui dure 300 ans, son âge de cuivre qui dure 200 ans et son âge de fer qui dure 100 ans. La période que nous finissons actuellement de traverser correspond à l’âge de fer du Kali Yuga et s’étend du début de notre XXe siècle au retour de Nibiru et au démarrage d’un nouveau grand cycle de 14400 années (= 4 Shars).

Quant aux astrologues contemporains, sous l’impulsion d’Alice Bailey et de Dane Rudyar, certains ont attribué à Nibiru un autre nom, celui de Proserpine, qui correspondrait à l’octave supérieure de Jupiter (Vulcain étant plutôt lié au Soleil Noir ou Soleil Central), sans qu’ils ne réussissent à s’unir autour d’un véritable consensus.

Selon Sitchin, la venue de cet astre est mentionnée dans les textes cunéiformes de Sumer et corroborée à la fois par la Bible et certaines traditions tibétaines et hopis. Il affirme dans son livre que les habitants de cette mystérieuse planète étaient considérés comme des dieux par nos lointains ancêtres. Il est persuadé que les Nephilim dont il est question dans le Livre de la Genèse sont en réalité les chefs des Annunakis auxquels se réfèrent les tablettes sumériennes, c’est-à-dire les Visiteurs de Nibiru. Ils auraient colonisé la Terre il y a 450 000 ans, (ce qui ne correspond pour eux qu’à 125 années, puisque leur planète met 3600 fois plus de temps que la nôtre à accomplir sa révolution solaire). Il s’agirait d’une race de Géants qui mesureraient entre 3 et 4,80 mètres de haut. Selon Sitchin, Ils seraient venus sur la Terre uniquement dans le but de s’en approprier certaines ressources (or, silice et cristal notamment) et d’y pratiquer des expérimentations de clonage sur des humains afin de créer une élite humaine qui leur soit favorable et dévouée. (D’ailleurs « coloniser » et « cloner » sont deux mots qui pourraient très bien avoir une même et très ancienne racine, le même gène phonique en quelque sorte !).

Il semblerait qu’il y a 450 000 ans, les habitants de Nibiru aient eu un sérieux problème avec leur couche d’ozone. Leur planète se refroidissait rapidement et ils avaient besoin de placer des particules d’or en suspension dans leur atmosphère afin d’amplifier la chaleur du Soleil. Comme ils ne possédaient pas le savoir pour quitter le système solaire, ils décidèrent de se rendre sur la Terre où ils savaient que les réserves d’or solide étaient abondantes.

7 Maîtres Nephilim et 400 Anunnakis (moins élevés spirituellement) se seraient alors rendus en Mésopotamie et y auraient bâti leur première ville. Ensuite, une partie d’entre eux aurait émigré vers l’Afrique du sud et commencé à y chercher de l’or. Tous les 3600 ans, ils profitaient de la proximité de leur planète avec la Terre pour y transborder l’or amassé.

Après 150 000 ans de travail, les Anunnakis décidèrent de créer une espèce servile qu’ils pourraient utiliser pour leur besogne, et ce fut l’origine de la race humaine, ou plutôt de l’homo sapiens, car l’homme non cloné, l’homme primitif (« homo erectus », comme le nomment les paléontologues) existait déjà depuis des millions d’années !

D’après le système de décryptage des stèles sumériennes utilisé par Sitchin, les Géants de Nibiru reviendraient depuis lors prélever leur dîme chaque année, ou plutôt chacune de leurs années, c’est-à-dire tous les 3600 ans (pour ce qui nous concerne). Mais entre chacune de leurs visites, ils ne vieillissent que d’un Shar, c’est-à-dire d’une année, alors que l’humanité accomplit chaque fois un prodigieux bond en avant de 3600 années terrestres. Cette disparité d’échelle de temps aurait permis à l’homme de combler peu à peu son retard d’évolution par rapport aux Nephilim. Et c’est grâce à ce décompactage de notre échelle de temps par rapport à celle de nos géniteurs, que nous aurions progressivement acquis la possibilité de nous libérer de notre karma, ce qui, d’une certaine manière, consiste précisément à nous affranchir du joug des Anunnakis à travers les terribles épreuves de nos incarnations successives dans le temps décompacté de troisième dimension !!!

Le livre de Sitchin n’a cependant pas permis d’apporter une réponse satisfaisante à l’énigme que pose Nibiru au plan spirituel, car il a oublié de préciser que l’influx de la dixième planète était loin d’être négatif. Selon Drunvalo Melchitsédek et d’autres Maîtres de la Hiérarchie Spirituelle de la Terre, il pousse simplement les êtres à aller au fond d’eux-mêmes, et bien souvent jusqu’au bout de leur folie pour mieux la dépasser et la sublimer, pour mieux retourner ensuite vers la Lumière.

Sitchin a cependant au moins eu le mérite d’être le premier à attirer l’attention du monde sur l’existence de cette planète et sur l’imminence de sa venue (ou plutôt, de son retour).

- L’apparition en 99 d’un crop circle représentant le disque ailé des anciens Égyptiens, indique peut-être l’imminence du retour de Nibiru


Selon d’autres chercheurs et ufologues, les habitants de cette planète, (les Marduck), atterrirent sur notre Terre pour la première fois il y a environ 450.000 ans pour sauver leur planète. Ils se mirent à extraire l’or et d’autres matières premières dont ils avaient besoin et créèrent l’homo sapiens il y a 300.000 ans environ par manipulations génétiques sur des femelles d’hominiens. Ils avaient besoin d’aide, car ils ne voulaient plus extraire eux-mêmes ces matières premières. La Mésopotamie fut leur première colonie.

Les dirigeants des civilisations extra-terrestres devaient faire face à des rivalités dues à la conduite à mené face à leur création. Les hommes qui n’étaient rien d’autre que des esclaves, furent soumis à la famine, aux maladies et à des guerres biologiques. Les textes de Mésopotamie montrent que tous ces moyens s’étant révélé inefficaces pour faire régresser la population humaine, les extra-terrestres décidèrent d’exterminer les hommes en provoquant un grand déluge.

Les tablettes Mésopotamiennes indiquent que E.A., Prince extra-terrestre de la terre, créateur de l’homo sapiens, se rebella, n’acceptant pas les cruautés que ses congénères infligeaient aux hommes, et fonda cette "Confrérie du Serpent ". Mais la confrérie fut vaincue par d’autres groupes des extra-terrestres régnants, E.A. fut banni sur Terre. De " Prince de la Terre ", il passa " Prince des ténèbres ". On enseigna aux hommes que tout le mal de la Terre était de sa faute et qu’il voulait que les hommes deviennent des esclaves. On exhorta les hommes à le démasquer chaque fois qu’il se réincarnerait et à l’anéantir avec ses créatures s’ils les rencontraient. Voir : Les sumériens

En 1973, le Prix Nobel Francis Crick qui avait codécouvert la structure de l’ADN, émettait l’hypothèse que "la vie sur la terre émanait peut-être d’organismes venant d’une planète lointaine". (Les anthropologues n’arrivent toujours pas à faire le lien entre notre race et ses plus proches parents, les simiens. Il y a environ 300.000 ans, après un demi-million d’années d’évolutions minimes, l’homo erectus se transforma alors soudainement en homo sapiens, se caractérisant par une augmentation de 50 % de la capacité de la boîte crânienne, et cela sans explications sur la rapidité de la transformation).

- lire l’article sur les sumériens pour plus d’infos : [ SUMERIENS ] Les Origines et La douzième planète


A suivre...en 2012



Publicité :

Répondre à cet article

[ Forum ] de l'article

4 Messages de forum

  • http://www.scientox.net/defaut-gravatar.gif

    [ NIBIRU ] La Planete X (Updated)

    4 avril 2007 19:52, par Eco100Fin

    C est beau ce que vs ditent...Reste plus qu a les attendre et a se preparer a leur botter le cul xd

    Répondre à ce message

    • http://www.scientox.net/defaut-gravatar.gif

      [ NIBIRU ] La Planete X (Updated)

      2 juin 2007 00:29, par Joss

      moi je pense que si tout cela se rapproche d’une certaine vérité, alors tôt ou tard, nous autres Terriens auront la possibilité de faire comprendre aux Marducks qu’ils seront éternellement responsables de ce que nous sommes. Je pense à Saint-Exupéry : Tu deviens à jamais responsable de ce que tu as apprivoisé.

      Vérité ou pas, en tous cas, c’est trés séduisant.

      La seule chose qui me gêne un peu, c’est que je sent derriére toutes ces études et ces comparaisons (le travail de Sitchin en somme) pour aller dans le sens de cette théorie, un désir puissant que "tout puisse bien correspondre" (l’avénement de l’homo sapiens, le temps de révolution de cette planéte et ces différentes périodes semblables à des saisons..etc..etc..) On n’est pas dans une étude de logique pure, ou observationnelle, mais plutôt dans le cadre d’un recoupement des faits historiques, paléo-onthologiques, religieux et voir même esotériques.

      Et j’en tedrminerai par une vision un peu plus fantasmatique, et du coup, plus séduisante et positive :

      Nous constatons de profonds changements climatiques, que les scientifiques (prions pour qu’ils se trompent) jugent comme irréversibles (fonte de glaces par ex.) Les guerres font rage, et ce, à une échelle que l’humanité n’a encore jamais connu. Stratégie géopolitique, médias irresponsables, luttes religieuses et ingérence des uns et des autres dans l’appropriation des minerais, matiéres premiéres, etc.. Notre Terre ne serait-elle pas plongée au coeur de la fin d’un cycle ? (âge de fer de Kali Yuga...)

      Tout pourrait laisser croire en tous cas, que l’homme n’est en aucun point capable de maitriser les conséquences de ces actes, et simplement de comprendre vers quoi il cherce à tendre. Comme a pu l’écrire Bernard Werber, l’humanité n’a surement pas encore franchi l’étape de la sagesse absolue, le stade du 7.

      Alors oui, peut-être ne sommes-nous que des esclaves maladroits en quête d’autonomie. Y’aura-til de la place sur cette autre planéte pour ceux qui exécre la bétise humaine et cherche la paix ?

      Sur ce, je vais aller revoir Mars Attack (rions un peu en attendant la mort, ecrivait Desproges)

      Joss

      Répondre à ce message

      • http://www.scientox.net/defaut-gravatar.gif

        [ NIBIRU ] La Planete X (Updated)

        6 octobre 2007 02:11, par Dom

        De l’or pour les Marducks

        Les humains seraient-ils "programmés" pour récolter de l’or au profit des Marducks ? Serait-ce là la raison d’être de l’homme ? Pourquoi cette soif absurde pour l’or - je pense aux millions de lingots sans utilité (puisqu’ils sont juste stockés et que l’on n’en fait rien).

        (Ca me fait penser à la BD "La Lumière d’Ixo" - 10ème tome des aventures de Yoko Tsuno - où une équipe travaille à extraire l’énergie nécessaire à la survie de leur planète qui repasse à proximité à chaque révolution sidérale.)

        Répondre à ce message

  • http://www.scientox.net/defaut-gravatar.gif

    [ NIBIRU ] La Planete X (Updated)

    27 février 2008 22:07, par ziyhaa

    Ce que vous dites est à mettre en rapport avec un reportage que j’ai vu recemment. (en stream sur Dailymotion => http://www.dailymotion.com/video/xg... ) En effet la théorie que vous soutenez est une reponse au "comment" et surtout au "pourquoi" dégagés par la thèse du documentaire cité. Réponse que je trouve plutôt censée.

    Bien sûr l’idée que nous ne soyons qu’une espèce de robot organique créé dans le but de récolter de l’or et qui a oublié que tous les 3600 ans il allait en chier, ça fout quand même un peu les boules.

    En même temps les faits sont là : que ce soit les Mayas et leur calendrier, les Egyptiens et leurs pyramides : toutes ces grandes civilisations et leur cosmogonie se recoupent trop souvent. Les Sumériens nous ennoncerait le pourquoi de l’existence de l’Homme, les Egyptiens le comment et les Mayas le quand. Tout sera ou ne sera pas le 21 décembre 2012... Time will tell... Bravo pour le site, c’est une vraie réussite.

    Répondre à ce message